Daniel Bacquelaine (MR) veut «continuer à augmenter l’âge moyen de départ à la retraite»

Daniel Bacquelaine (MR) veut «continuer à augmenter l’âge moyen de départ à la retraite»
Bruno Dalimonte

Pour le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR), « il faut continuer à hausser l’âge moyen de départ à la retraite. » Le libéral a expliqué ce samedi dans les colonnes de Sudpresse pourquoi cette mesure est « une nécessité démographique et économique. »

« Il faut travailler plus longtemps, même si tout le monde n’ira pas jusqu’à 67 ans », a déclaré le ministre libéral Daniel Bacquelaine à notre confrère ce samedi. Pour M. Bacquelaine, cette mesure est inévitable face à l’effet du « papy boom » « que l’on subira jusqu’en 2030. »

« On a déjà réussi à relever le taux d’activité des 55-64 ans de 45 % en 2014 à 53,7 % en 2018 (de 25 à 31 % pour les 60 à 64 ans) », se félicite le ministre qui compte « poursuivre au plus vite cette réforme et établir une moyenne d’âge de départ à la retraite à 63 ans, la moyenne européenne. »

En Belgique, la moyenne d’âge de départ à la retraite est de 61,3 ans en 2017. Elle devrait atteindre 61,5 ans en 2019.

Une mesure « indispensable pour la soutenabilité financière du système » et qui pourrait profiter à chacun : « Il faut des mesures où chacun trouve un intérêt à travailler plus longtemps, c’est la clef. »

Sur le même sujet
RetraiteBelgiqueMR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite