Le festival Esperanzah! affiche complet ce samedi

Le festival Esperanzah! affiche complet ce samedi
Belga

La 18e édition du festival Esperanzah ! a démarré en douceur vendredi à l’abbaye de Floreffe mais affiche déjà complet samedi, ont annoncé vendredi en fin de soirée les organisateurs. « Nous enregistrons toujours moins d’entrées le vendredi, mais il y avait néanmoins beaucoup de monde », a déclaré l’organisation. « Nous ne pouvons pas encore indiquer l’affluence exacte pour ce premier jour. Par contre, nous pouvons déjà dire que la journée de samedi se déroulera à guichets fermés et qu’il ne reste plus que quelques centaines de places pour dimanche. »

Vendredi, les festivaliers ont notamment pu profiter d’un concert de Danakil &amp ; The Baco All Stars en exclusivité européenne. Ibeyi a également conquis un large public.

Samedi, où 12.000 à 13.000 personnes sont attendues sur le site de l’abbaye, les têtes d’affiche sont Michael Kiwanuka, L.E.J. et Fakear. Enfin, dimanche ce sera au tour de Caravan Palace, Feu ! Chatterton ! et Polo &amp ; Pan d’entrer en scène. « Mais attention, on vient avant tout à Esperanzah ! pour faire des découvertes et la programmation se veut plus alternative que jamais », ont insisté les organisateurs.

« Tout va bien »

Comme chaque année, de nombreuses troupes d’artistes de rue parcourent l’événement namurois, donnant un caractère encore plus insolite et multiculturel à son décor.

« Festival engagé », Esperanzah ! entend aussi sensibiliser son public autour de la thématique « Démasquons nos privilèges ». Plusieurs associations sont ainsi présentes dans le « Village des possibles ». La campagne est également déclinée dans l’espace « Tout va bien » mêlant cinéma, documentaires, débats et spectacles. « Et le public est très réceptif », se sont réjouis les initiateurs du projet.

Côté secours et police, aucun incident particulier n’a été à déplorer vendredi selon les organisateurs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite