Un Espagnol escroque Amazon pour 330.000 euros en retournant ses colis remplis de terre

Le jeune espagnol a réussi à escroquer Amazon à hauteur de 330
000 euros. Photo archives Stéphane Mortagne La Voix du Nord
Le jeune espagnol a réussi à escroquer Amazon à hauteur de 330 000 euros. Photo archives Stéphane Mortagne La Voix du Nord

Le subterfuge aurait pu fonctionner, si le jeune homme n’avait pas été trop gourmand. James, un espagnol de 22 ans a trouvé le bon filon pour gagner de l’argent facilement, rapporte La Voix du Nord. Régulièrement, il faisait des commandes sur le site d’Amazon avant de les renvoyer au géant du e-commerce. Mais, subtilité : s’il renvoyait bien les emballages, il remplaçait les produits à l’intérieur par de la terre... Une technique qui permettait de contourner le système de retour de l’entreprise américaine, détaille El Español.

Dès qu’il recevait un produit qu’il avait commandé, l’espagnol pesait minutieusement le colis. Puis, il récupérait les produits, et remplissait l’emballage avec de la terre, s’assurant d’avoir le même poids à la réexpédition que lors de la réception. Amazon permet en effet un retour gratuit sous trente jours et les contrôles des produits retournés sont limités. Selon Le Figaro, Amazon se contenterait de peser les colis sans les ouvrir lorsqu’ils reviennent à sa plateforme logistique.

Mais ce n’est pas tout ! Face à l’afflux de produits qu’il réussissait à garder, James aurait également fait preuve d’un esprit d’entrepreneur. L’espagnol aurait également créé son propre site de vente en ligne pour écouler ses stocks de produits vendus sans emballages. Une façon de gagner encore plus d’argent.

Aidé d’un ami, James aurait réussi à escroquer Amazon à hauteur de 330 000 euros avant que le site ne réagisse, intrigué par le nombre de colis renvoyés par le jeune espagnol. Après des vérifications manuelles plus poussées des retours, Amazon a finalement suspendu le compte de l’escroc et a prévenu la police, qui l’a arrêté. James a finalement été libéré sous caution en attente de son jugement. Le jeune homme risque jusqu’à 6 ans de prison pour escroquerie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Certaines machines coûtent trop cher à réparer, poussant ainsi les consommateurs à les remplacer en cas de panne précoce.

    Consommation: Test Achats intensifie sa guerre contre l’obsolescence programmée

  2. On est passé de 5
% de personnes en invalidité de travail sur l’ensemble de la population active en 1996 à 8,4
% en 2017.

    Le nombre de travailleurs invalides explose: ils sont plus de 400.000 en Belgique

  3. François De smet
: «
Je veux que Défi assume son côté libéral.
»

    François De Smet, candidat à la présidence de Défi: «Renouons avec notre esprit pionnier et frondeur»

La chronique
  • Syrie: le déshonneur et la guerre

    Comment Donald Trump a-t-il pu abandonner les Kurdes, alors que ceux-ci avaient été en première ligne lors des combats contre l’ennemi juré, le groupe Etat islamique ? La désapprobation et la surprise ont été quasi unanimes, jusqu’au sein du Parti républicain.

    Et pourtant, dès le début de cette guerre, certains avaient mis en garde contre la fatalité d’une trahison de l’Occident. En septembre 2016, à l’époque du président Obama, Tim Arango publiait dans le New York Times un reportage au titre éloquent et prémonitoire : « Les Kurdes craignent que les Américains les trahissent de nouveau, en Syrie cette fois », écrivait-il.

    Cette forfaiture apparaissait inscrite dans l’histoire d’un peuple qui, comme le veut le dicton, « n’a pas d’autres amis que les montagnes ». Dans celle aussi de puissances coloniales ou impériales qui ont souvent cherché à sous-traiter leurs guerres à des groupes locaux ou à des armées « cipayes » (...

    Lire la suite

  • L’ambition géopolitique de l’UE s’abîme dans les Balkans

    Bien sûr, le sommet européen sera phagocyté par ce qu’un diplomate, plongé jusqu’au cou dans cette affaire, qualifie de questions « nombrilistes ». Les chicaneries sur le budget de l’Union européenne : 1,16 %, 1,114 % ou 1,03 % du PIB ? Ou encore ce surréaliste autant qu’inextricable « rétrécissement » de l’UE : le Brexit.

    Pourtant, si l’on veut bien lever le nez sur le cadre plus large, l’Europe est brusquement confrontée à une déflagration majeure,...

    Lire la suite