6.000 bagages bloqués à Brussels Airport: quelles compensations pour les passagers?

6.000 bagages bloqués à Brussels Airport: quelles compensations pour les passagers?

Les problèmes du système de bagages de Brussels Airport ont eu un important impact pour Brussels Airlines. Les vols courts et moyen-courriers sont partis sans bagages à leur bord. Les vols long-courriers ont pu en embarquer seulement une partie, a indiqué samedi la porte-parole de la compagnie aérienne, Wencke Lemmes. Les vols de TUI ont eux pu partir avec les bagages de tous leurs passagers. Le tour-opérateur a réquisitionné du personnel supplémentaire pour assurer le traitement des valises.

Brussels Airport : les perturbations se poursuivent à la suite d’un problème technique

Brussels Airlines n’a pas pu préciser le nombre de voyageurs concernés, mais assure que la compagnie fait le maximum afin de restituer les bagages bloqués à Bruxelles. Les passagers sont tenus informés de la situation de leur valise par SMS et par mail.

«Nous nous excusons auprès de nos clients pour la gêne occasionnée et espérons qu’ils seront compréhensifs. C’est un cas de force majeure, le problème vient de l’aéroport», a déclaré Mme Lemmes. Cela signifie que les passagers de Brussels Airlines ne peuvent pas compter sur une compensation.

Aucun souci chez TUI

Chez le tour-opérateur TUI, tous les vols sont partis samedi avec les bagages à leur bord. Une porte-parole de TUI a expliqué que le voyagiste possède une licence lui permettant d’utiliser son propre personnel au sol.

«Nous avons convoqué 15 personnes supplémentaires pour le tri et le chargement des bagages. Au total, 25 personnes se sont occupées des bagages. Ce qui fait que tout les passagers peuvent partir avec leurs valises et qu’il n’y a pas de retard important», selon elle.

Au cas où certains passagers de TUI n’auraient pas pu embarquer leurs bagages, ils pourront compter sur une indemnité de 60 euros par jour.

Du côté de Thomas Cook, 14 vols n’ont pu embarquer qu’une partie des bagages, selon une porte-parole du tour-opérateur. «Thomas Cook fait tout son possible pour que les bagages arrivent à destination le plus rapidement», a-t-elle souligné.

Les voyageurs Thomas Cook arrivant à destination sans bagage ne peuvent compter sur aucune indemnisation, puisqu’il s’agit d’un cas de force majeure. S’ils ont souscrit une assurance et que les bagages sont retardés de plus de douze heures, ils peuvent, selon la porte-parole, exiger le remboursement de leurs premiers achats.

Retour à la normale depuis 15h

Depuis 15h, les vols partent normalement avec leurs bagages, indique Brussels Airport. Au total, une petite centaine de vols sur les 650 prévus à ce jour ont été touchés à divers degrés, et environ 6.000 bagages sont restés bloqués à Bruxelles, selon l’aéroport.

«Nous présentons nos excuses à nos passagers pour les désagréments subis et mettons tout en œuvre pour expédier au plus vite les bagages restés à Brussels Airport vers les différentes destinations finales», a encore précisé Brussels Airport.

Ce samedi matin vers 6h, à l’entame d’une journée de grosse affluence, la sangle d’une valise s’est détachée et a bloqué le système de bagages de l’aéroport en l’endommageant. Trois heures de réparation ont été nécessaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. C’était la dernière journée d’audition avant la trêve, jeudi au Congrès américain. Une série de témoignages ont accablé le président Donald Trump tout au long de la semaine.

    Etats-Unis: la procédure de destitution atteint son «moment Watergate»

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite