6.000 bagages bloqués à Brussels Airport: jusqu’à cinq jours pour récupérer sa valise (vidéos)

6.000 bagages bloqués à Brussels Airport: jusqu’à cinq jours pour récupérer sa valise (vidéos)
Belga

Environ 6.000 bagages sont restés bloqués à Bruxelles, selon Brussels Airlines. Du côté de l’aéroport, on explique qu’il n’est pas encore possible de donner un chiffre définitif du nombre de bagages bloqués. Vers 16h, Brussels Airport livrait le chiffre provisoire de 4.000 à 5.000 valises. Une petite centaine de vols ont dû partir sans, ou avec une partie des bagages de leurs passagers.

« Nous présentons nos excuses à nos passagers pour les désagréments subis et mettons tout en œuvre pour expédier au plus vite les bagages restés à Brussels Airport vers les différentes destinations finales », a encore précisé Brussels Airport.

Combien de temps pour recevoir ses bagages ?

En route vers la Grande Canarie avec son fils, Sabine Verschueren ignore encore quand elle recevra ses bagages. « Ils nous ont dit que les valises arriveraient un ou deux jour(s) plus tard. La communication est mauvaise et rien n’est organisé. Ils auraient pu rassembler les bagages par destination, mais ils jettent tout ensemble », explique-t-elle.

Un autre voyageur se rend à Thodes explique avoir appris qu’il faut parfois cinq jours pour qu’une valise atteigne sa destination. Or, il ne part en vacances que cinq jours avec sa famille. « Dans ce cas, cela n’a aucun sens », réagit-il. « Vous pourrez les récupérer à votre retour », a plaisanté un employé de l’aéroport qui s’occupait des bagages.

Brussels Airlines fortement impacté

Les problèmes du système de bagages ont eu un important impact pour Brussels Airlines. Les vols courts et moyen-courriers sont partis sans bagages à leur bord. Les vols long-courriers ont pu en embarquer seulement une partie, a indiqué samedi la porte-parole de la compagnie aérienne, Wencke Lemmes.

Brussels Airlines n’a pas pu préciser le nombre de voyageurs concernés, mais assure que la compagnie fait le maximum afin de restituer les bagages bloqués à Bruxelles. Les passagers sont tenus informés de la situation de leur valise par SMS et par mail.

« Nous nous excusons auprès de nos clients pour la gêne occasionnée et espérons qu’ils seront compréhensifs. C’est un cas de force majeure, le problème vient de l’aéroport », a déclaré Mme Lemmes. Cela signifie que les passagers de Brussels Airlines ne peuvent pas compter sur une compensation.

Quelques soucis chez TUI

Chez le tour-opérateur TUI, 80 bagages ont été laissés à l’aéroport. Une porte-parole de TUI a expliqué que le voyagiste possède une licence lui permettant d’utiliser son propre personnel au sol.

« Nous avons convoqué 15 personnes supplémentaires pour le tri et le chargement des bagages. Au total, 25 personnes se sont occupées des bagages », selon elle. La plupart des bagages ont donc pu être emportés dans les avions.

Pour les passagers de TUI qui n’ont pas pu embarquer leurs bagages, ils pourront compter sur une indemnité de 60 euros par jour.

Et chez Thomas Cook ?

Du côté de Thomas Cook, 14 vols n’ont pu embarquer qu’une partie des bagages, selon une porte-parole du tour-opérateur. « Thomas Cook fait tout son possible pour que les bagages arrivent à destination le plus rapidement », a-t-elle souligné.

Les voyageurs Thomas Cook arrivant à destination sans bagage ne peuvent compter sur aucune indemnisation, puisqu’il s’agit d’un cas de force majeure. S’ils ont souscrit une assurance et que les bagages sont retardés de plus de douze heures, ils peuvent, selon la porte-parole, exiger le remboursement de leurs premiers achats.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite