Fusillade dans un supermarché d’El Paso au Texas: plusieurs morts, trois suspects interpellés

Fusillade dans un supermarché d’El Paso au Texas: plusieurs morts, trois suspects interpellés
EPA

Plusieurs personnes ont été tuées et d’autres blessées dans une fusillade samedi dans une zone commerciale d’El Paso, au Texas, selon les autorités de cette ville du sud des Etats-Unis, qui ont précisé que trois suspects avaient été interpellés.

Le maire d’El Paso, Dee Margo, a fait état de «plusieurs morts» lors d’une interview sur CNN, sans donner plus de détails. «C’est une tragédie, je suis sous le choc», a-t-il déclaré. Le gouverneur adjoint du Texas, Dan Patrick, a de son côté mentionné sur Fox «15 à 20 personnes» touchées, sans pouvoir distinguer le nombre de morts ou de blessés.

EPA

La police a précisé lors d’un communiqué qu’il n’y avait plus de « menace en cours ». «Aujourd’hui, la communauté d’El Paso a été atteinte par un acte violence haineux et insensé», a déploré dans un communiqué le gouverneur du Texas, Greg Abbott.

La Maison-Blanche a fait savoir que le président américain Donald Trump avait été informé de la fusillade à El Paso et continuait à suivre la situation. Il a également échangé avec M. Abbott et le ministre de la Justice Bill Barr.

Trump déplore une «terrible» fusillade au Texas, qui a fait «beaucoup de morts»

Les premiers témoignages

Une femme, qui venait faire ses courses dans un supermarché Walmart, a expliqué sur Fox News avoir entendu « comme des feux d’artifices » alors qu’elle cherchait une place de parking. « Je me suis dirigée vers la sortie », a poursuivi cette témoin prénommée Vanessa. « J’ai vu un homme avec un T-shirt noir et un pantalon camouflage qui portait ce qui m’a semblé être un fusil. Il visait les gens et tirait directement sur eux. J’en ai vu trois ou quatre tomber par terre », a-t-elle poursuivi.

EPA

Ray Holgin, un témoin, a expliqué sur CBS avoir entendu une dizaine de coups de feu alors qu’il s’apprêtait à rentrer dans le magasin. Il dit avoir vu au moins deux hommes.

Deux personnes ont été tuées et un policier blessé mardi dans un supermarché de la chaîne dans le Mississippi.

AFP

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite