Zapata traverse la Manche sur son «Flyboard»: «Les 5 derniers kilomètres, j’ai pris un plaisir de fou» (vidéo)

A sa seconde tentative, « l’homme volant » Franky Zapata a réussi dimanche l’exploit de traverser la Manche debout sur son « Flyboard » en une vingtaine de minutes après une courte halte à mi-chemin sur un bateau pour ravitailler sa machine volante en kérosène.

Le Marseillais de 40 ans avait décollé vers 8h15 de la plage de Sangatte (Pas-de-Calais) dans un vrombissement assourdissant et sous les yeux de plusieurs centaines de curieux, dix jours après son échec.

Casqué et harnaché, tout de noir vêtu, il s’est envolé vers St Margaret’s Bay côté anglais, qu’il a réussi à atteindre en une vingtaine de minutes en survolant la mer à 15/20 m. Cette fois, il s’est « posé facilement sur le bateau, il a changé son sac à dos et est reparti », a indiqué son épouse Krystel.

Il s’est posé côté britannique après avoir parcouru les 35 km de détroit debout sur sa machine volante dotée de cinq mini-turboréacteurs qui lui permettent de décoller et d’évoluer jusqu’à 190 km/h, avec une autonomie d’une dizaine de minutes.

« Un plaisir fou »

A son arrivée, Franky Zapata s’est exprimé aux micros des journalistes présents. « A la fin, je commençais à avoir mal mais je me disais que je pouvais pas. Je me disais ‘prend du plaisir’. Je voyais l’Angleterre qui se rapprochait, je prends 20km/h de plus et puis les 5-6 kilomètres à la fin j’ai pris un plaisir de fou, c’était malade de voir la côte qui se rapprochait ».

« Franchement, c’est magnifique. J’ai beaucoup de chance d’avoir une équipe derrière moi, des amis qui me suivent et d’avoir pu faire ça, c’est… j’ai beaucoup de chance », réalise l’homme de 40 ans qui vient de réaliser un exploit historique.

► Les larmes de Franky Zapata après son exploit : « T’es le meilleur papa »

« Pour moi ce qui compte ce n’est pas l’exploit historique, c’est le défi qu’on a réalisé avec mon équipe. Ca a été tellement dur. », concède « l’homme volant ».

Franky Zapata, qui s’est dit « fatigué » et a maintenant « besoin de vacances », a déjà d’autres défis aussi fous en tête : terminer sa « voiture volante » mais aussi être « le premier à surfer la poudreuse dans les nuages » en volant donc beaucoup plus haut.

110 ans après l’exploit de Louis Blériot

Lors de sa première tentative le 25 juillet, 110 ans jour pour jour après l’exploit de Louis Blériot, premier aviateur à avoir franchi la Manche, il s’était élancé du même endroit sur sa planche volante, mais avait chuté quelques minutes plus tard dans les eaux anglaises, après avoir heurté la plateforme du bateau de ravitaillement où il voulait se poser.

En raison de la distance, Franky Zapata doit obligatoirement, pour ce challenge auquel il s’est préparé ces six derniers mois, se réapprovisionner en kérosène, qu’il stocke dans son sac à dos.

« La partie la plus complexe, c’est vraiment le ravitaillement », avait-il insisté après avoir été secouru en mer et ramené sur le littoral français par un remorqueur, reconnaissant « une mauvaise appréciation de la difficulté de l’atterrissage ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite