Zapata traverse la Manche sur son «Flyboard»: «Les 5 derniers kilomètres, j’ai pris un plaisir de fou» (vidéo)

A sa seconde tentative, « l’homme volant » Franky Zapata a réussi dimanche l’exploit de traverser la Manche debout sur son « Flyboard » en une vingtaine de minutes après une courte halte à mi-chemin sur un bateau pour ravitailler sa machine volante en kérosène.

Le Marseillais de 40 ans avait décollé vers 8h15 de la plage de Sangatte (Pas-de-Calais) dans un vrombissement assourdissant et sous les yeux de plusieurs centaines de curieux, dix jours après son échec.

Casqué et harnaché, tout de noir vêtu, il s’est envolé vers St Margaret’s Bay côté anglais, qu’il a réussi à atteindre en une vingtaine de minutes en survolant la mer à 15/20 m. Cette fois, il s’est « posé facilement sur le bateau, il a changé son sac à dos et est reparti », a indiqué son épouse Krystel.

Il s’est posé côté britannique après avoir parcouru les 35 km de détroit debout sur sa machine volante dotée de cinq mini-turboréacteurs qui lui permettent de décoller et d’évoluer jusqu’à 190 km/h, avec une autonomie d’une dizaine de minutes.

« Un plaisir fou »

A son arrivée, Franky Zapata s’est exprimé aux micros des journalistes présents. « A la fin, je commençais à avoir mal mais je me disais que je pouvais pas. Je me disais ‘prend du plaisir’. Je voyais l’Angleterre qui se rapprochait, je prends 20km/h de plus et puis les 5-6 kilomètres à la fin j’ai pris un plaisir de fou, c’était malade de voir la côte qui se rapprochait ».

« Franchement, c’est magnifique. J’ai beaucoup de chance d’avoir une équipe derrière moi, des amis qui me suivent et d’avoir pu faire ça, c’est… j’ai beaucoup de chance », réalise l’homme de 40 ans qui vient de réaliser un exploit historique.

► Les larmes de Franky Zapata après son exploit : « T’es le meilleur papa »

« Pour moi ce qui compte ce n’est pas l’exploit historique, c’est le défi qu’on a réalisé avec mon équipe. Ca a été tellement dur. », concède « l’homme volant ».

Franky Zapata, qui s’est dit « fatigué » et a maintenant « besoin de vacances », a déjà d’autres défis aussi fous en tête : terminer sa « voiture volante » mais aussi être « le premier à surfer la poudreuse dans les nuages » en volant donc beaucoup plus haut.

110 ans après l’exploit de Louis Blériot

Lors de sa première tentative le 25 juillet, 110 ans jour pour jour après l’exploit de Louis Blériot, premier aviateur à avoir franchi la Manche, il s’était élancé du même endroit sur sa planche volante, mais avait chuté quelques minutes plus tard dans les eaux anglaises, après avoir heurté la plateforme du bateau de ravitaillement où il voulait se poser.

En raison de la distance, Franky Zapata doit obligatoirement, pour ce challenge auquel il s’est préparé ces six derniers mois, se réapprovisionner en kérosène, qu’il stocke dans son sac à dos.

« La partie la plus complexe, c’est vraiment le ravitaillement », avait-il insisté après avoir été secouru en mer et ramené sur le littoral français par un remorqueur, reconnaissant « une mauvaise appréciation de la difficulté de l’atterrissage ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite