20 morts dans une fusillade à caractère vraisemblablement raciste au Texas: ce que l’on sait de l’assaillant

20 morts dans une fusillade à caractère vraisemblablement raciste au Texas: ce que l’on sait de l’assaillant

Un tireur a semé la mort samedi dans un centre commercial d’El Paso au Texas, dans le sud des Etats-Unis, où il a tué 20 personnes venues faire leurs courses avant d’être interpellé et placé en garde à vue par la police qui soupçonne un crime à caractère raciste.

La fusillade, survenue aux abords d’un hypermarché Walmart prisé de la communauté hispanique, a également fait 26 blessés, dont certains se trouvaient dans un état critique.

► Les médias américains diffusent des vidéos de l’intérieur du supermarché

La police a placé en garde à vue un homme blanc de 21 ans et enquête sur un possible motif « haineux », ce qui aux Etats-Unis désigne les attaques motivées par l’origine, la religion, ou encore l’orientation sexuelle des victimes.

Un manifeste dénonce « l’invasion hispanique »

Un manifeste, attribué au tireur et circulant sur internet, dénonce notamment « une invasion hispanique du Texas » et fait référence à la tuerie commise par un suprémaciste blanc dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande (51 morts, le 15 mars).

« Actuellement, nous avons un manifeste de cet individu qui indique qu’à un certain degré il a un lien avec un potentiel crime haineux », a déclaré le chef de la police d’El Paso Greg Allen au cours d’une conférence de presse.

« Ce manifeste transpire le racisme, l’intolérance et la division », a commenté de son côté Veronica Escobar, originaire d’El Paso, élue du Texas au Congrès américain. « Historiquement, El Paso est une communauté très sûre. Nous sommes en sécurité depuis des décennies et nous continuerons à l’être ».

Le tireur s’est rendu à la police

D’après certains médias, le tireur s’appelle Patrick Crusius. Il est originaire d’Allen, près de Dallas, à neuf heures de voiture d’El Paso, et s’est rendu à la police après le massacre.

Sur une capture d’écran de caméra de surveillance, on le voit entrer dans l’hypermarché armé d’un fusil, les oreilles couvertes d’un casque anti-bruit. Le magasin venait de mettre en vente des fournitures scolaires avant la rentrée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite