Après El Paso et Dayton, 531 personnes sont mortes lors de fusillades de masse aux États-Unis en 2019

Après El Paso et Dayton, 531 personnes sont mortes lors de fusillades de masse aux États-Unis en 2019
EPA

Les États-Unis étaient abasourdis dimanche au lendemain d’une journée sanglante au cours de laquelle 29 personnes ont été abattues dans deux fusillades, au Texas puis dans l’Ohio, faisant ressurgir, une énième fois, la question de la régulation des armes à feu qui divise profondément les Américains.

Vingt personnes ont été tuées samedi matin à El Paso au Texas et neuf autres dans la nuit de samedi à dimanche à Dayton dans l’Ohio.

Une fusillade à caractère vraisemblablement raciste au Texas

Neuf morts dans une fusillade à Dayton : « Par chance, plusieurs policiers étaient dans le quartier »

Les États-Unis, où le port d’armes est légal, sont régulièrement endeuillés par des fusillades qui touchent aussi bien les écoles que les lieux de culte, de travail et de divertissement ou des commerces. El Paso et Dayton sont respectivement les 250 et 251e fusillades aux États-Unis en 2019, selon l’ONG Gun violence archives. Or, ce dimanche 4 août est le 216e jour de l’année. Il y a donc eu plus de fusillades que de jours pour l’instant en 2019.

L’ONG répertorie toutes les fusillades de masses, à savoir les incidents ans lesquels quatre personnes ou plus ont été abattues ou tuées, sans compter les tireurs. En 2019, 531 personnes ont déjà perdu la vie lors de fusillades de masse pour 2.066 blessés, selon les données disponibles sur le site.

Les fusillades d’El Paso et de Dayton ont été précédées de deux autres tueries cette semaine : deux personnes ont été tuées par balle dans un magasin Walmart à Southaven dans le Mississippi et trois personnes ont été tuées au Gilroy Garlic Festival en Californie.

Bientôt une meilleure régulation ?

Après la tragédie d’El Paso, comme après chaque bain de sang, plusieurs voix se sont élevées pour réclamer une meilleure régulation du marché des armes à feu. « Il est grand temps d’agir et de mettre un terme à cette épidémie de violences liée aux armes », a ainsi tweeté le favori de la course à la primaire démocrate Joe Biden.

Dimanche, le pape François s’est dit « spirituellement proche des victimes des épisodes de violence qui ont ensanglanté ces jours-ci le Texas (…) et l’Ohio, touchant des personnes innocentes États-Unis ».

« Que Dieu bénisse les habitants d’El Paso au Texas. Que Dieu bénisse les habitants de Dayton, Ohio », a tweeté dimanche matin le président Donald Trump.

Le candidat à la primaire démocrate Beto O’Rourke, originaire d’El Paso, lui a reproché d’« attiser le racisme dans ce pays » avec ses discours incendiaires anti-immigrés. « Notre pays est la cible d’un terrorisme nationalisme blanc conduisant à des meurtres sur notre sol et encouragé par de faibles lois sur les armes », a ajouté un autre prétendant démocrate à la Maison Blanche Pete Buttigieg.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite