Fusillades aux Etats-Unis: les démocrates accusent Trump d’alimenter le «terrorisme nationaliste blanc»

Fusillades aux Etats-Unis: les démocrates accusent Trump d’alimenter le «terrorisme nationaliste blanc»
MAXPPP

Plusieurs voix se sont élevées dimanche aux Etats-Unis, au lendemain de deux fusillades sanglantes, pour appeler les autorités à prendre la mesure de la «menace» que représente le «terrorisme blanc», les démocrates accusant Donald Trump de l’alimenter avec ses discours incendiaires.

Après El Paso et Dayton, 531 personnes sont mortes lors de fusillades de masse aux États-Unis en 2019

«Il est clair que les vies perdues à Charleston, San Diego, Pittsburgh et, vraisemblablement désormais aussi à El Paso, sont les conséquences d’un terrorisme nationaliste blanc», a estimé un candidat à la primaire démocrate, Pete Buttigieg, en référence à des attaques menées dans une église noire, deux synagogues et à celle de samedi dans un centre commercial du Texas.

«Le président en personne promeut le racisme et la suprématie blanche», a accusé dimanche une autre candidate à la primaire démocrate, Elizabeth Warren.

Un de ses rivaux, Beto O’Rourke, est même allé plus loin, en assurant que Donald Trump «encourage non seulement la rhétorique raciste mais aussi la violence qui suit». «Ca ne vient pas seulement de lui», a-t-il toutefois noté, en fustigeant également la chaîne Fox News, la propagande raciste qui circule sur internet et «une plus grande tolérance envers le racisme» chez ses concitoyens.

El Paso, une fusillade à caractère raciste

El Paso, située sur la frontière mexicaine, abrite une population à 85% hispanique. Le tireur, un homme blanc de 21 ans, était venu de la banlieue de Dallas, à neuf heures de route, pour semer le carnage à une heure de grande affluence. Armé d’un fusil d’assaut, il a tué 20 personnes et fait 26 blessés avant de se rendre à la police, qui soupçonne un motif raciste.

Un manifeste, attribué au tireur et circulant sur internet, dénonce notamment «une invasion hispanique du Texas» et fait référence à la tuerie commise par un suprémaciste blanc dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande (51 morts, le 15 mars).

Treize heures plus tard, un autre homme a semé la terreur dans un quartier animé de Dayton, dans l’Ohio, faisant 9 morts en moins d’une minute. Selon un témoin, c’était aussi un homme blanc.

L’enjeu des armes

«On a ici deux facteurs qui se combinent», a poursuivi Pete Buttigieg sur Fox News: «D’un côté la faiblesse des politiques de régulation du marché des armes, et de l’autre la hausse d’un terrorisme domestique inspiré par le nationalisme blanc.»

«On ne pourra pas protéger l’Amérique de cette menace si on n’est pas prêt à la nommer», a poursuivi le jeune maire de South Bend (Indiana). «Le gouvernement doit arrêter de prétendre que c’est juste du hasard et qu’on ne peut rien faire.»

Les Républicains en veulent plus

Le président Trump a qualifié la fusillade d’El Paso d’«acte de lâcheté», sans s’étendre sur les motifs présumés du suspect. Et le maire républicain d’El Paso a réduit la tragédie dans sa ville à l’acte d’un «homme dérangé, purement diabolique». Mais, même pour certains républicains, cette explication ne suffit plus.

«La lutte contre le terrorisme est déjà une priorité, je pense qu’elle devrait inclure de s’opposer avec fermeté au terrorisme blanc», a tweeté George P. Bush, le neveu de l’ancien président George W. Bush élu à un poste de responsable au Texas. «C’est une menace réélle et actuelle que nous devons dénoncer et faire disparaître», a-t-il poursuivi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite