Fusillades aux Etats-Unis: les démocrates accusent Trump d’alimenter le «terrorisme nationaliste blanc»

Fusillades aux Etats-Unis: les démocrates accusent Trump d’alimenter le «terrorisme nationaliste blanc»
MAXPPP

Plusieurs voix se sont élevées dimanche aux Etats-Unis, au lendemain de deux fusillades sanglantes, pour appeler les autorités à prendre la mesure de la «menace» que représente le «terrorisme blanc», les démocrates accusant Donald Trump de l’alimenter avec ses discours incendiaires.

Après El Paso et Dayton, 531 personnes sont mortes lors de fusillades de masse aux États-Unis en 2019

«Il est clair que les vies perdues à Charleston, San Diego, Pittsburgh et, vraisemblablement désormais aussi à El Paso, sont les conséquences d’un terrorisme nationaliste blanc», a estimé un candidat à la primaire démocrate, Pete Buttigieg, en référence à des attaques menées dans une église noire, deux synagogues et à celle de samedi dans un centre commercial du Texas.

«Le président en personne promeut le racisme et la suprématie blanche», a accusé dimanche une autre candidate à la primaire démocrate, Elizabeth Warren.

Un de ses rivaux, Beto O’Rourke, est même allé plus loin, en assurant que Donald Trump «encourage non seulement la rhétorique raciste mais aussi la violence qui suit». «Ca ne vient pas seulement de lui», a-t-il toutefois noté, en fustigeant également la chaîne Fox News, la propagande raciste qui circule sur internet et «une plus grande tolérance envers le racisme» chez ses concitoyens.

El Paso, une fusillade à caractère raciste

El Paso, située sur la frontière mexicaine, abrite une population à 85% hispanique. Le tireur, un homme blanc de 21 ans, était venu de la banlieue de Dallas, à neuf heures de route, pour semer le carnage à une heure de grande affluence. Armé d’un fusil d’assaut, il a tué 20 personnes et fait 26 blessés avant de se rendre à la police, qui soupçonne un motif raciste.

Un manifeste, attribué au tireur et circulant sur internet, dénonce notamment «une invasion hispanique du Texas» et fait référence à la tuerie commise par un suprémaciste blanc dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande (51 morts, le 15 mars).

Treize heures plus tard, un autre homme a semé la terreur dans un quartier animé de Dayton, dans l’Ohio, faisant 9 morts en moins d’une minute. Selon un témoin, c’était aussi un homme blanc.

L’enjeu des armes

«On a ici deux facteurs qui se combinent», a poursuivi Pete Buttigieg sur Fox News: «D’un côté la faiblesse des politiques de régulation du marché des armes, et de l’autre la hausse d’un terrorisme domestique inspiré par le nationalisme blanc.»

«On ne pourra pas protéger l’Amérique de cette menace si on n’est pas prêt à la nommer», a poursuivi le jeune maire de South Bend (Indiana). «Le gouvernement doit arrêter de prétendre que c’est juste du hasard et qu’on ne peut rien faire.»

Les Républicains en veulent plus

Le président Trump a qualifié la fusillade d’El Paso d’«acte de lâcheté», sans s’étendre sur les motifs présumés du suspect. Et le maire républicain d’El Paso a réduit la tragédie dans sa ville à l’acte d’un «homme dérangé, purement diabolique». Mais, même pour certains républicains, cette explication ne suffit plus.

«La lutte contre le terrorisme est déjà une priorité, je pense qu’elle devrait inclure de s’opposer avec fermeté au terrorisme blanc», a tweeté George P. Bush, le neveu de l’ancien président George W. Bush élu à un poste de responsable au Texas. «C’est une menace réélle et actuelle que nous devons dénoncer et faire disparaître», a-t-il poursuivi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite