Accueil Sports Autres sports

Non-lieu en faveur de l’ex-coach de Charline Van Snick

La justice a conclu qu’aucun élément ne permettait d’impliquer Damiano Martinuzzi dans l’affaire du contrôle positif à la cocaïne de la judokate.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

La justice a prononcé un non-lieu dans l’affaire opposant la judoka Charline Van Snick à son ancien coach Damiano Martinuzzi, a fait savoir ce dernier. La championne d’Europe en titre avait déposé une plainte pénale avec constitution de partie civile le 24 octobre 2013 à la suite de son contrôle positif à la cocaïne lors des championnats du monde de Rio de Janeiro le 26 août de la même année.

Médaille de bronze, Van Snick avait perdu celle-ci et été suspendue deux ans pour dopage le 3 janvier 2014. Le 4 juillet de la même année, le Tribunal arbitral du sport (TAS) avait accepté l’explication du sabotage et annulé la suspension de deux ans.

Charline Van Snick soupçonnait Martinuzzi d’être responsable de ce contrôle positif en ayant introduit la cocaïne dans sa poudre Energy Boost.

La justice liégeoise a enquêté pendant deux ans avant de conclure qu’aucun élément ne permettait d’impliquer Martinuzzi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Autres sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs