Fusillade au Texas: Joe Biden voit dans le discours de Trump un terreau fertile pour la haine

Fusillade au Texas: Joe Biden voit dans le discours de Trump un terreau fertile pour la haine

L’ancien vice-président des Etats-Unis et favori à la primaire démocrate en vue de la présidentielle, Joe Biden, a estimé dimanche que la rhétorique du président Donald Trump nourrissait les actes de violence, à l’instar de deux récentes fusillades meurtrières. Samedi matin, un tireur a semé le chaos dans un centre commercial d’El Paso, à la frontière avec le Mexique faisant 20 morts et 26 blessés. L’homme, un jeune blanc, aurait précédemment dénoncé sur internet une «invasion hispanique du Texas».

L’évènement auquel a assisté dimanche Joe Biden avait lieu chez Mark Arabo, un homme d’affaires américain chaldéen, avec pour but de récolter des fonds pour sa campagne.

Quelques heures après les fusillades d’El Paso au Texas et de Dayton dans l’Ohio, M. Biden a plaidé contre les armes utilisées lors de ces massacres, tout en ajoutant qu’il fallait aller au-delà de ces considérations pour réellement s’attaquer à la racine du mal.

«Le fait est que, les nationalistes blancs, les suprémacistes blancs, ces idéologies extrêmes sont en train de croître, de prendre racine en Amérique», a-t-il indiqué face aux quelques dizaines de supporters présents.

«Ces actes ne viennent pas de la folie mais d’une haine absolue. Nous devons reconnaître cette haine et la combattre», a-t-il ensuite ajouté.

L’ancien vice-président de Barack Obama s’est ensuite lancé dans une critique passionnée de quelques commentaires controversés du président Donald Trump. «Quand la haine trouve un port d’attache au Bureau ovale, cela donne le champ libre à l’extrémisme à travers tout le pays», a regretté le natif de Pennsylvanie.

Il a ajouté qu’il n’estimait pas Trump personnellement responsable, mais que ses mots avaient certainement une influence importante.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite