Fusillade au Texas: Joe Biden voit dans le discours de Trump un terreau fertile pour la haine

Fusillade au Texas: Joe Biden voit dans le discours de Trump un terreau fertile pour la haine

L’ancien vice-président des Etats-Unis et favori à la primaire démocrate en vue de la présidentielle, Joe Biden, a estimé dimanche que la rhétorique du président Donald Trump nourrissait les actes de violence, à l’instar de deux récentes fusillades meurtrières. Samedi matin, un tireur a semé le chaos dans un centre commercial d’El Paso, à la frontière avec le Mexique faisant 20 morts et 26 blessés. L’homme, un jeune blanc, aurait précédemment dénoncé sur internet une «invasion hispanique du Texas».

L’évènement auquel a assisté dimanche Joe Biden avait lieu chez Mark Arabo, un homme d’affaires américain chaldéen, avec pour but de récolter des fonds pour sa campagne.

Quelques heures après les fusillades d’El Paso au Texas et de Dayton dans l’Ohio, M. Biden a plaidé contre les armes utilisées lors de ces massacres, tout en ajoutant qu’il fallait aller au-delà de ces considérations pour réellement s’attaquer à la racine du mal.

«Le fait est que, les nationalistes blancs, les suprémacistes blancs, ces idéologies extrêmes sont en train de croître, de prendre racine en Amérique», a-t-il indiqué face aux quelques dizaines de supporters présents.

«Ces actes ne viennent pas de la folie mais d’une haine absolue. Nous devons reconnaître cette haine et la combattre», a-t-il ensuite ajouté.

L’ancien vice-président de Barack Obama s’est ensuite lancé dans une critique passionnée de quelques commentaires controversés du président Donald Trump. «Quand la haine trouve un port d’attache au Bureau ovale, cela donne le champ libre à l’extrémisme à travers tout le pays», a regretté le natif de Pennsylvanie.

Il a ajouté qu’il n’estimait pas Trump personnellement responsable, mais que ses mots avaient certainement une influence importante.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10839195-004

    Soudain, la fin du monde à Venise

  2. Image=d-20191023-3WUWKM_high

    Comment Nethys est devenue l’EuroMillions pour ses top managers

  3. Image=d-20170615-3F9AGQ_high

    Bruxelles: la Cour des comptes évalue le déficit à 541 millions pour 2020

La chronique
  • Etats-Unis: quand le dissident torpille le président…

    Qui affrontera Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 ? Joe Biden et Elizabeth Warren se tirent la bourre depuis des mois. À moins que Michael Bloomberg ne vienne rebattre les cartes ?… Réponse le 16 juillet prochain, au terme de la convention démocrate de Milwaukee.

    Répéter cette question à l’envi laisse à penser que Donald Trump, en primus inter pares, sera d’office le candidat du Parti républicain… Si telle est l’hypothèse la plus plausible, gardons tout de même à l’esprit que ce n’est pas la seule.

    Ainsi, dimanche dernier, sur CNN, le sénateur sortant de l’Arizona, Jeff Flake, un des principaux détracteurs de l’actuel président au sein du Parti républicain, a lancé un appel pour que quelqu’un se présente, en interne, contre Trump. Ceci afin de « rappeler aux républicains ce que cela signifie vraiment d’être conservateur, et aussi d’être correct ».

    Flake pourrait-il être celui-là ? « Je ne pense pas, il y a de meilleurs candidats...

    Lire la suite

  • Le pactole des dirigeants de Nethys: dis, c’est comment 18,6 millions?

    Depuis la révélation des montants touchés par les dirigeants de Nethys, beaucoup ont tenté de se figurer ce que représentait ce chiffre stratosphérique. Deux millions, cinq millions on voyait encore à peu près, mais 11,6 millions pour un seul homme et 18,6 pour quatre, pour le coup on avait du mal.

    Sur les réseaux sociaux, chacun y est allé de son essai de mise en perspective. Pour Cédric Halin, le bourgmestre d’Olne...

    Lire la suite