Fusillades aux États-Unis: Donald Trump accuse les jeux vidéos et reste flou sur les armes à feu

Fusillades aux États-Unis: Donald Trump accuse les jeux vidéos et reste flou sur les armes à feu

Le président Donald Trump a condamné lundi l’idéologie raciste du suprémacisme blanc, suspectée d’être à l’oeuvre dans l’une des deux fusillades ayant endeuillé les Etats-Unis ce week-end, tout en évitant de mettre l’accent sur la lutte contre les armes à feu.

Le milliardaire républicain, dans une intervention depuis la Maison Blanche, a préféré insister sur le rôle néfaste que jouerait selon lui internet dans la radicalisation de personnes souffrant de troubles mentaux.

Il a par ailleurs qualifié de «crimes contre l’humanité» les deux attaques qui ont alimenté la litanie des tragédies dues aux armes individuelles dans un pays où celles-ci pullulent. «Notre nation doit condamner d’une seule voix le racisme, le sectarisme, et le suprémacisme blanc», a déclaré M. Trump dans une courte allocution télédiffusée.

Il s’exprimait après qu’un homme blanc a tué samedi 20 personnes dans un hypermarché d’El Paso, ville texane à forte majorité hispanique. Un autre tireur, aux mobiles pour l’instant inconnus, a fait neuf morts dimanche dans l’Etat de l’Ohio. Donald Trump a par ailleurs appelé à l’exécution «rapide» des auteurs de ces fusillades.

Jeux vidéos

«J’ordonne également au ministère de la Justice de proposer une loi garantissant que ceux qui commettent des crimes motivés par la haine et des tueries de masse soient passibles de la peine de mort et que cette peine capitale soit appliquée rapidement, avec détermination et sans des années de délai inutile», a-t-il déclaré.

«Nous devons arrêter l’idéalisation de la violence dans notre société», a-t-il insisté, estimant qu’il était «trop facile aujourd’hui pour les jeunes en difficulté de s’entourer d’une culture célébrant la violence», notamment à travers des jeux vidéo selon lui «atroces et sinistres».

L’influence que joueraient les maladies mentales ou bien les jeux vidéos dans le déclenchement de carnages par armes à feu est mise en doute par de nombreux experts.

Les épidémiologistes pensent ainsi que la vaste majorité des personnes atteintes de troubles psychiques ne sont pas violentes.

Les médias « responsables »

Plus tôt dans la journée, Donald Trump avait les médias de « grandement » contribuer, en propageant des « fake news », à « la colère et la rage » aux Etats-Unis.

« Les médias ont une grande responsabilité quant aux vies et à la sécurité dans notre pays. Les fake news ont grandement contribué à la colère et la rage qui se sont développées durant de nombreuses années », a-t-il écrit sur Twitter, reprenant un discours anti-média devenu habituel chez lui. « La couverture des informations doit commencer à être équitable, nuancée et non partisane, sinon ces terribles problèmes ne feront que s’aggraver ! », s’est-il exclamé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite