Accueil Monde États-Unis

L’Amérique à l’ère de Trump prend la mesure du «terrorisme intérieur»

Le discours trumpien sur les dangers guettant l’Amérique a libéré un extrémisme blanc jusqu’ici marginal et confidentiel. En pleine campagne de réélection, le président se garde bien d’égratigner cette base blanche et radicale.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 4 min

C e carnage américain prend fin ici, et maintenant. » Lors de son discours d’investiture, le 20 janvier 2017, Donald Trump aurait pu parler des ravages causés par les tueries récurrentes aux Etats-Unis, le fléau des armes à feu de fort calibre en vente libre, leur association périlleuse avec un mouvement suprémaciste blanc en pleine expansion. Mais le 45eprésident des Etats-Unis ne pensait à rien de tout ça : le carnage, pour lui, désignait la paupérisation des campagnes, l’immigration illégale, le chamboulement du régime d’assurance-maladie, la concurrence commerciale de la Chine, le tout attribué à son prédécesseur honni, Barack Obama.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, lundi 5 août 2019, 22:27

    Donc, si je comprends bien les tueries de Paris et Bruxelles étaient aussi du "terrorisme interne":intra-européen. Perso, je ne vois pas quelle est une grande utilité à ce genre de dénomination.

  • Posté par Esquenet Alexandre, lundi 5 août 2019, 19:55

    Terroristes intérieurs en Europe soit disant sans arme à feu aussi.

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs