Philippe Clement sur l’arrivée de Simon Mignolet à Bruges: «Pas en haut de ma liste des souhaits, mais une opportunité»

©Belga
©Belga

Dimanche soir, le Club Bruges a signé un joli transfert en attirant dans ses rangs Simon Mignolet. « En fait, un gardien de but n’était pas en haut de ma liste de souhaits, mais c’était une opportunité », a déclaré l’entraîneur Philippe Clement lundi après-midi au ’Basecamp’ de Knokke-Heist à propos du gardien des Diables Rouges de 31 ans, qui a signé un contrat de cinq saisons plus tôt dans la journée.

Depuis le départ de l’Australien Mathew Ryan en 2015, il y a quatre ans, les gardiens de but n’ont pas réussi à convaincre chez les Blauw en Zwart. Pas moins de cinq gardiens ont défendu le but du Club lors de la saison 2017-2018. Que le Club Bruges ait pu s’offrir un joueur du calibre Mignolet n’a pas surpris Clement. « Après tout, j’étais aussi impliqué dans ce dossier. Il y a beaucoup de facteurs en jeu, et très récemment, ils ont évolué en notre faveur. Et puis tu dois agir vite. Un gardien de but n’était pas vraiment en haut de ma liste de souhaits, parce que j’ai beaucoup de confiance en Ethan Horvath. Il peut encore grandir énormément. Mais ce sont des circonstances différentes, et Simon était une opportunité. À un moment donné, il faut prendre une décision, et c’est ce que nous avons fait. »

Mignolet, qui s’entraînait déjà sous les ordres de Clement lundi, est éligible pour le match aller du troisième tour de qualification de la Ligue des champions contre le Dynamo Kiev, mardi soir. « Dois-je déjà changer dans le but demain ? Tout va très vite maintenant. J’ai encore un peu plus de 24 heures pour prendre la décision. Je ne donne jamais mon équipe un jour à l’avance. »

Une future place dans le staff  ?

À Liverpool, l’entraîneur Jürgen Klopp aurait préféré garder Mignolet comme doublure du N.1 le Brésilien Alisson Becker. Contrairement à sa situation avec les Reds, le Limbourgeois est sûr de sa place de titulaire au Club Bruges. L’avenir des gardiens Ethan Horvath (24 ans) et Karlo Letica (22 ans) au stade Jan Breydel est donc très incertain. « Nous verrons quelle est la meilleure solution pour eux et pour le Club », a réagi Clement. « Nous ne prendrons pas une décision hâtive. »

Vincent Kompany est devenu entraîneur-joueur à Anderlecht. Une double casquette qui n’est pas (encore) à l’ordre du jour pour Mignolet, selon Clement. « Cela n’a pas été discuté. Mais il y a suffisamment de joueurs qui sont passés à une autre fonction au sein du Club, alors c’est possible. Simon est un garçon intelligent aux multiples qualités, également en dehors du terrain. Mais il est aussi très professionnel et ne s’occupe que d’une seule chose : sa carrière de footballeur. C’est pour cela qu’il revient en Belgique, ce qui n’est pas évident si l’on est en Premier League depuis si longtemps. Il veut surtout jouer. Il avait d’autres possibilités, avec d’autres clubs, il pouvait gagner beaucoup plus (d’argent) et jouer. Mais il a choisi le Club Bruges. Cela montre à quel point il est ambitieux. Nous n’allons donc pas lui confier d’autres tâches maintenant, ce qui pourrait le déstabiliser. »

Clement a entendu parler de l’arrivée de Mignolet dimanche soir. « J’ai immédiatement appelé Horvath pour lui donner une explication. Après tout, vous êtes aussi l’entraîneur du joueur qui est déçu. Horvath a réagi de manière très professionnelle, il l’a montré à l’entraînement. C’est du football professionnel. J’ai joué au football au Club Bruges pendant dix ans. Au cours de cette période, au moins dix milieux de terrain centraux ont été achetés. Tu dois te battre pour ta place, ça fait partie du boulot. J’ai donné quelques jours à Ethan pour mettre tout en place. Je sais que je peux compter sur Ethan, jusqu’à la dernière minute, tant qu’il est ici au club », a encore précisé Clement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite