Accueil Culture Livres

André Goosse était le gardien de la langue française

Le grammairien belge était le gendre de Maurice Grevisse. Il a continué son œuvre. Il est mort ce week-end à 93 ans.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

André Goosse et Maurice Grevisse, c’était en quelque sorte chou vert et vert chou. Maurice, c’était le professeur né en 1895 et qui avait, parce que les grammaires de l’époque ne répondaient pas aux besoins de son enseignement, concocté et publié en 1936 chez Duculot, après avoir essuyé plusieurs refus, le fameux Bon Usage, qui allait devenir le gros vade-mecum de la langue française. André Gide dit d’ailleurs de ce livre qu’il est « la meilleure grammaire de la langue française ».

André, c’était l’héritier. En 1950, il épouse Marie-Thérèse, la fille de Maurice Grevisse. Il reprend les rênes du Bon Usage à la mort de son beau-père, en 1980. Et il poursuit son œuvre, en l’adaptant, l’actualisant, la faisant évoluer. En 2016 est parue la 16e édition de l’ouvrage. André Goosse fut aussi secrétaire perpétuel de l’Académie royale de lettres et de littérature françaises de Belgique de 1996 à 2001. Il présida le Conseil international de la langue française.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Dechamps Pascal , lundi 5 août 2019, 23:27

    Une fin qui telle un murmure passe inaperçue. Et cependant, tellement plus importante que celle du vrai-faux pont des trous.

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs