Guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine: Wall Street enregistre sa pire journée de l’année

Un jour très sombre pour Wall Street.
Un jour très sombre pour Wall Street. - AFP

Wall Street s’est nettement enfoncé dans le rouge lundi, subissant de plein fouet le regain des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, marqué par le net recul de la devise chinoise face au dollar.

Ses trois grands indices ont enregistré leur pire journée de l’année : le Dow Jones Industrial Average a perdu 2,90 %, à 25.717,74 points, le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 3,47 % pour clôturer à 7.726,04 points et l’indice élargi S&P 500 a lâché 2,98 %, à 2.844,74 points.

L’escalade de la guerre commerciale sino-américaine a lourdement pesé sur la Bourse de New York. Ce conflit a connu un nouvel épisode lundi avec la dégringolade du yuan, la devise chinoise, qui a passé la barre des 7 yuans pour un dollar pour la première fois depuis 2008.

Vers 20h15 GMT, le yuan onshore évoluait à 7,0507 yuans pour un dollar, son plus bas niveau en 11 ans, alimentant les spéculations sur un geste délibéré de Pékin pour soutenir ses exportations.

« Violation majeure »

Le président américain, Donald Trump, a, sans surprise, réagi en dénonçant une « manipulation de la monnaie ». « Cette violation majeure affaiblira considérablement la Chine avec le temps », a-t-il tweeté.

La dépréciation du yuan fait suite à la menace du locataire de la Maison Blanche d’imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises à compter du 1er septembre.

« La Chine a riposté : sur une échelle de 1 à 10, c’est un 11. Ces représailles aux nouveaux tarifs douaniers américains ont pour but d’attirer l’attention du président (Trump, NDLR). Si tel est bien l’objectif, il a été atteint », a noté Chris Krueger, de Cowen Washington Research Group.

Le fort repli de lundi intervient pourtant dans un contexte très favorable aux principaux indices de Wall Street, qui ont battu leurs records ces dernières semaines.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite