Etats-Unis: les Noirs sont les plus susceptibles d’être tués par la police américaine, selon une étude

La mort de cet Afro-Américain, en 2014, avait choqué l'Amérique et catalysé le mouvement Black Lives Matter.
La mort de cet Afro-Américain, en 2014, avait choqué l'Amérique et catalysé le mouvement Black Lives Matter. - AFP

Les Noirs ont 2,5 fois plus de chance que les Blancs d’être tués par la police aux Etats-Unis, selon une nouvelle étude publiée lundi alors que la lutte contre les violences policières et les discriminations raciales est l’un des sujets de société les plus brulants du pays.

Fusillades aux États-Unis : Donald Trump accuse les jeux vidéos et reste flou sur les armes à feu

Les morts de plusieurs personnes noires (Michael Brown, Charleena Lyles, Tamir Rice, Stephon Clark…) aux mains de la police ont été très médiatisées ces dernières années, donnant notamment naissance au mouvement « Black Lives Matter » (« La vie des Noirs compte »). Mais à cause d’un manque de statistiques officielles, il n’était pas possible d’établir des données suffisantes pour étudier la question.

Cette nouvelle étude se base sur les chiffres compilés par Fatal Encounters, un consortium de journalistes, et ceux du National Vital Statistics System, qui collecte annuellement toutes les données sur la mortalité aux Etats-Unis.

Les hommes noirs, la population la plus à risque

Les hommes noirs constituent la population la plus à risque, les chercheurs estimant que 1 sur 1.000 d’entre eux mourra à cause de violences policières.

« Ces chiffres sont élevés. Vous avez plus de chance d’être tué par la police que de gagner de l’argent avec des jeux à gratter », explique à l’AFP Frank Edwards, de l’université Rutgers, principal auteur de cette étude publiée dans les Compte-rendus de l’Académie nationale des sciences américaine (PNAS).

Les hommes noirs ont 2,5 fois plus de chance que les blancs d’être tués par la police. Chez les femmes, ce taux est de 1,4. Les Amérindiens ont approximativement 1,5 fois plus de chance d’être tués par les forces de l’ordre que les Blancs (1,6 fois plus pour les Amérindiennes).

La probabilité pour les hommes d’origine hispanique est 1,4 fois plus grande. En revanche, les femmes hispaniques ont légèrement moins de chance d’être tuées par des policiers que les blanches.

Et les moins à risque ?

Les personnes originaires d’Asie et d’Océanie présentent le risque le plus faible.

« Il existe beaucoup de preuves que la police est une menace à la santé publique aux Etats-Unis », juge Frank Edwards. Les policiers « sont plus violents dans les communautés de couleur que dans les communautés blanches ».

Chez les jeunes, les chiffres sont encore plus importants : les morts de 1,5 % des Noirs entre 20 et 24 ans sont causées par la police, une des causes de mortalité principales pour cette catégorie démographique, après le cancer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. US-MIDEAST-TRUMP-NETANYAHU

    Israël-Palestine: Trump évoque une solution «réaliste à deux Etats»

  3. lLs ventes de masques et de produits désinfectants pour les mains explosent depuis une semaine, frôlant même la rupture de stock dans certaines régions.

    Coronavirus: le discours médical fait l’impasse sur la peur de la population

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite