Etats-Unis: les Noirs sont les plus susceptibles d’être tués par la police américaine, selon une étude

La mort de cet Afro-Américain, en 2014, avait choqué l'Amérique et catalysé le mouvement Black Lives Matter.
La mort de cet Afro-Américain, en 2014, avait choqué l'Amérique et catalysé le mouvement Black Lives Matter. - AFP

Les Noirs ont 2,5 fois plus de chance que les Blancs d’être tués par la police aux Etats-Unis, selon une nouvelle étude publiée lundi alors que la lutte contre les violences policières et les discriminations raciales est l’un des sujets de société les plus brulants du pays.

Fusillades aux États-Unis : Donald Trump accuse les jeux vidéos et reste flou sur les armes à feu

Les morts de plusieurs personnes noires (Michael Brown, Charleena Lyles, Tamir Rice, Stephon Clark…) aux mains de la police ont été très médiatisées ces dernières années, donnant notamment naissance au mouvement « Black Lives Matter » (« La vie des Noirs compte »). Mais à cause d’un manque de statistiques officielles, il n’était pas possible d’établir des données suffisantes pour étudier la question.

Cette nouvelle étude se base sur les chiffres compilés par Fatal Encounters, un consortium de journalistes, et ceux du National Vital Statistics System, qui collecte annuellement toutes les données sur la mortalité aux Etats-Unis.

Les hommes noirs, la population la plus à risque

Les hommes noirs constituent la population la plus à risque, les chercheurs estimant que 1 sur 1.000 d’entre eux mourra à cause de violences policières.

« Ces chiffres sont élevés. Vous avez plus de chance d’être tué par la police que de gagner de l’argent avec des jeux à gratter », explique à l’AFP Frank Edwards, de l’université Rutgers, principal auteur de cette étude publiée dans les Compte-rendus de l’Académie nationale des sciences américaine (PNAS).

Les hommes noirs ont 2,5 fois plus de chance que les blancs d’être tués par la police. Chez les femmes, ce taux est de 1,4. Les Amérindiens ont approximativement 1,5 fois plus de chance d’être tués par les forces de l’ordre que les Blancs (1,6 fois plus pour les Amérindiennes).

La probabilité pour les hommes d’origine hispanique est 1,4 fois plus grande. En revanche, les femmes hispaniques ont légèrement moins de chance d’être tuées par des policiers que les blanches.

Et les moins à risque ?

Les personnes originaires d’Asie et d’Océanie présentent le risque le plus faible.

« Il existe beaucoup de preuves que la police est une menace à la santé publique aux Etats-Unis », juge Frank Edwards. Les policiers « sont plus violents dans les communautés de couleur que dans les communautés blanches ».

Chez les jeunes, les chiffres sont encore plus importants : les morts de 1,5 % des Noirs entre 20 et 24 ans sont causées par la police, une des causes de mortalité principales pour cette catégorie démographique, après le cancer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite