Accueil Élections 2019

Gouvernement flamand: les cinq défis stratégiques du formateur N-VA Bart De Wever

Reportée plusieurs fois, l’annonce de la future coalition flamande serait imminente. Le temps pour le patron des nationalistes flamands de choisir qui il veut le plus favoriser/défavoriser.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

On allait voir ce qu’on allait voir. Avant les élections Bart De Wever avait promis de former « rapidement » un gouvernement au nord du pays afin d’« assurer les intérêts de la Flandre ». Son plan ne s’est pas déroulé comme prévu. Celui qui est toujours bourgmestre d’Anvers a d’abord longuement parlementé avec l’extrême-droite avant de carrément enclencher le bouton « pause » durant une bonne partie du mois de juillet. Le temps d’un séjour professionnel en Colombie. Le temps de voir aussi ce qu’il allait se passer au niveau fédéral, du côté du PS surtout. Le temps, enfin, de réfléchir aux meilleures stratégies possibles pour son avenir et celui de la N-VA. Car comme le résume Dave Sinardet, politologue à la VUB : « Les électeurs ne lui ont laissé le choix qu’entre la peste, le choléra et d’autres maladies pires encore. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 7 août 2019, 13:13

    En attendant, le PS doit sortir de sa crise d'adolescence gauchiste. Oui le PS avait promis les gouvernements les plus progressiste. Et oui, le retrait du Cdh, la fuite lamentable et pathologique du PTB et les résultats en Flandre imposent la soupe à la grimace. Mais oui aussi, le PS est dans une position de force. Ce sera avec la NVA si elle décide de limer ses crocs (et pas un peu!) ou sans la NVA. Ce n'est pas pour rien que le PS joue la montre et l'attentisme. Au bout du compte, la NVA devra céder sur le fond ou céder le passage.

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 7 août 2019, 12:48

    Après deux mois de brouillard apparaît une première réalité, le PS est réellement incontournable (avec ou sans la NVA) tandis que la NVA est contournable. La NVA est fragilisée par sa prorpre inconséquence. Avoir joué à fond la carte du racisme populaire (voir le comportement inconséquent sur le pacte migratoire de l'ONU) a finalement servi le VB et fragilisé la NVA. Déjà en 2012, Michel Rocard avait dit de Sarkozy pour les mêmes raisons (excitations des tensions communautaires) : "ça lui retombera sur la g... et il ne l'aura pas volé!". Le scénario s'est répété ce 26 mai en Belgique. Les démocrates doivent apprendre à cesser de jouer la facilité. Au-delà de l'aspect moralement plus que discutable d'instrumentaliser les peurs sur la question migratoire, la stratégie se révèle à moyen terme lourdement hasardeuse.

  • Posté par Pelgrims Alain, mercredi 7 août 2019, 10:07

    Achever le CD&V ! en son temps, BDW avait 'offert' à Yves Leterme un cactus après lui avoir raflé ses voix, tout était prévu et l'ex -Premier était tombé dans le panneau, le CD&V paie ses erreurs !

  • Posté par Pelgrims Alain, mercredi 7 août 2019, 10:10

    c'était en 2007, voir Le Soir du 14/05/2007 !

  • Posté par Byloos Dominique, mercredi 7 août 2019, 8:08

    Tout ces calculs sont ils dans l'intérêt des citoyens ? Bart de Wever veut privilégier l'intérêt de son parti avant tout. La plupart des hommes politiques ont ce type de comportement. On s'étonnera après que les gens sont dégoûtés de la politique

Plus de commentaires

Aussi en Élections 2019

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs