Décès de Bjorg Lambrecht: l’autopsie a été réalisée, les circonstances de l’accident se précisent

©Belga
©Belga

À la suite du décès accidentel de Bjorg Lambrecht durant le Tour de Pologne lundi après-midi, la police et le parquet polonais ont ouvert une enquête. L’autopsie du coureur cycliste a été réalisée mardi. On ignore toujours quand la dépouille du coureur sera rapatriée en Belgique.

Une spectatrice a filmé la chute du jeune coureur belge au Tour de Pologne

Le chef de l’équipe médicale de la course, Ryszard Wisniewski, a révélé mardi des détails sur les derniers instants de Lambrecht. «Juste après l’accident, on a pu communiquer un instant avec lui. Il répétait: ‘pas bien, pas bien, pas bien’. Nous ne nous attendions pas à de si graves blessures, mais le niveau du sucre dans le sang était étonnamment bas. Il a perdu conscience dans l’ambulance», a-t-il détaillé à l’agence polonaise PAP. «Quand un coureur tombe, il a un réflexe automatique de tendre les bras, pour amortir la chute. Tout indique que Lambrecht ne l’a pas fait. Le choc était très important. La rate arrachée, le foie écrasé. On avait assez de sang, mais cela n’a pas aidé. C’était un petit coureur maigre, sans protection sous forme de tissu adipeux.»

Hasard ou destin, les parents de Bjorg Lambrecht étaient présents lundi à Zabrze. «D’habitude, les parents des coureurs ne les suivent pas (dans leurs déplacements)», a encore précisé Czeslaw Lang, le directeur du Tour de Pologne. «Mais hier, les parents du coureur décédé étaient présents à la ligne de départ et l’attendaient à l’arrivée. Comme s’ils avaient eu un pressentiment.»

Une minute de silence

Lotto Soudal a pris le départ de l’étape neutralisée ce mardi avec un hommage et une minute de silence au départ suivie d’une minute de silence puis d’applaudissements à l’arrivée sous un portique noir avec le nom de Bjorg Lambrecht et son numéro de dossard, 143, écrit dessus. Reste à voir si Lotto Soudal prendra le départ de la cinquième étape ce mercredi. « Une décision va être prise dans la soirée », ajoute Houtekier.

Dries Smets, le manager de Bjorg Lambrecht, a renvoyé à l’équipe pour avoir plus d’informations sur le décès du jeune coureur cycliste de Knesselare. « S’il y a des choses à annoncer, l’équipe le fera, comme pour les funérailles et le rapatriement. La communication est simplifiée avec eux. Avec notre équipe, nous sommes très bouleversés par cette nouvelle et nous sommes occupés à gérer diverses affaires pratiques dont les assurances afin de soulager les parents et la famille dans cette période difficile.  »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite