Formation flamande: «Je pense que la N-VA s’est extrémisée en partie», selon Yves Leterme

Yves Leterme
Yves Leterme - Belga

L’ancien Premier ministre Yves Leterme (CD&V) estime que la posture des chrétiens-démocrates flamands au sein des différents gouvernements ces dernières années n’a pas donné de bons résultats. « Soit vous êtes dans un gouvernement et vous défendez son bilan, soit vous ne montez pas dans un exécutif », a estimé mercredi Leterme dans De Ochtend.

« Je pense qu’on a donné ces dernières années l’image que les partis cherchent à se distancer et à se profiler au sein des majorités. Et si personne ne défend la politique menée, alors tout le monde en souffre », explique-t-il.

D’après lui, l’absence de fumée blanche en Flandre est aujourd’hui principalement due au fait que toutes les formations politiques traditionnelles ont perdu des plumes lors des dernières élections. « Elles traitent cette défaite en interne et réfléchissent aux prochaines étapes. Je pense que cela prend du temps. »

Le CD&V, en recul lui aussi, doit envisager un changement de cap, mais il doit bien analyser le « profil et la configuration » qu’il souhaite adopter. « Je pense que la méthode de ces dernières années n’a pas donné de bons résultats », a-t-il insisté.

Yves Leterme ne se montre par ailleurs pas particulièrement positif quant à une nouvelle collaboration avec la N-VA.

Coalition en Flandre : le Vlaams Belang attend un signal de Bart De Wever

« Je pense que la N-VA s’est ’extrémisée’ en partie, qu’elle est devenue plus populiste et qu’elle s’est décalée vers sa droite », lance-t-il. « En ce qui concerne la coopération loyale, il y a aussi eu plusieurs choses qui ne sont pas bien déroulées. La N-VA va en tout cas devoir oeuvrer à rebâtir de la confiance avec les autres partis », a-t-il conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite