Egan Bernal, vainqueur du Tour de France, accueilli en héros dans son fief de Zipaquira en Colombie (photos)

©AFP
©AFP

Dès cinq heures du matin, ils ont commencé à se rassembler sur la place principale de Zipaquira. Entre fierté et émotion, les habitants de la ville où a grandi Egan Bernal ont fêté mercredi le retour de leur héros, premier Colombien à remporter le Tour de France.

« Je ne vais jamais oublier tous ces gens réunis pour moi. Tout est passé si vite jusqu’à présent. C’est quand je vous vois ici que je me rends compte de ce que cette victoire signifie pour la Colombie. Je suis fier de pouvoir apporter quelque chose à la société et de donner des espoirs à la Colombie », s’est réjoui le champion devant environ 10.000 personnes.

« Gagner le Tour de France c’était mon rêve. En gagner un, c’est très difficile, alors j’ai du mal à imaginer en gagner cinq (comme Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain). Je le souhaite, mais sinon, je continuerai à être heureux car j’ai déjà donné quelque chose à la Colombie », a également déclaré le coureur de 22 ans. Il a aussi rendu hommage au jeune Belge Bjorg Lambrecht, mort après une chute lors du Tour de Pologne. « Un coureur avec qui j’ai participé à de nombreuses courses. C’est très difficile, ça me rend très triste », a-t-il confié.

Bernal est arrivé lundi en Colombie. De Bogota, il a rejoint son fief, situé à 46 kilomètres de la capitale, à bord d’un hélicoptère de la police. À une parade ostentatoire dans les rues de la commune, le vainqueur de la Grande Boucle a préféré une simple estrade sur la Plaza de los Comuneros.

Après avoir remercié les supporters et s’être adressé aux médias, il a remis son maillot jaune à la Fédération colombienne de cyclisme et l’original de son maillot blanc de meilleur jeune à son premier entraîneur, l’ancien coureur Fabio Rodriguez.

Né à Bogota dans une famille modeste, d’un père vigile et d’une mère ouvrière dans une plantation de fleurs, Bernal a grandi à Zipaquira. En dépit de ses engagements à l’étranger, il reste très attaché à sa terre. Il habite près de chez ses parents, prépare ses courses dans les montagnes voisines et roule avec son petit frère.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il n’avait plus couru depuis le Tour mais Rohan Dennis avait surclassé tout le monde à Harrogate.

    Par Eric Clovio

    Route

    Rohan Dennis, dernier atout de l’armada Ineos

  • Mathieu van der Poel, lauréat à Namur en 2018.

    Par E.C.

    Cyclo-cross

    Cyclo-cross: Namur, manche mondiale «piégée»

  • Itw croisée Monfort-Bulens ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Par Stéphane Thirion

    Cyclisme

    Gérard Bulens à Maxime Monfort: «Tu as a tout pour devenir un Patrick Lefevere»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

  2. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, les deux informateurs privilégient l’arc-en-ciel élargi.

    Coalition fédérale: l’arc-en-ciel élargi au CD&V est en pole position

  3. CLIMATE CONFERENCE COP25 MADRID WEDNESDAY

    COP25: les Belges proches d’un accord sur un plan climat insuffisant

La chronique
  • Requiem pour M.

    Une femme blonde habillée de noir avec un collier de perles, embrasse le visage d’une jeune femme aux cheveux très courts, façon punk, allongée dans son cercueil. L’image est incroyable. Insoutenable pour certains, troublante pour d’autres. Très belle en fait, et forte, si forte. Cette photo, parue avec bien d’autres dans le New York Times en fin de semaine dernière est celle de Marieke Vervoort, athlète paralympique belge et multimédaillée. C’est Marieke qui est dans ce cercueil de bois, et c’est sa maman Odette qui l’embrasse, alors qu’elle vient juste de mourir. A sa demande. Par euthanasie.

    Cette photo d’une intimité absolue, les parents de Marieke l’ont découverte en même temps que les lecteurs du New York Times sur le site du journal, le jour de la publication d’un très long article qui raconte la mort désirée de l’athlète paraplégique, mais aussi des mois qui ont précédé cette fin de vie vécue comme une libération. Le dimanche, le journal américain a publié le récit complet dans un...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite