Immoweb propose désormais un service permettant de conclure son bail par internet

Grâce à l’intégration sur Immoweb Docs de l’application Itmse, le propriétaire et le locataire peuvent désormais signer de manière électronique le bail.
Grâce à l’intégration sur Immoweb Docs de l’application Itmse, le propriétaire et le locataire peuvent désormais signer de manière électronique le bail. - D.R.

La digitalisation progresse à grands pas dans le secteur immobilier. Depuis ce jeudi, Immoweb, le leader belge des annonces immobilières sur internet propose un service permettant aux propriétaires d’effectuer toutes les formalités administratives liées à la mise en location sans jamais sortir du monde numérique. Il y a un an, Immoweb avait déjà lancé Docs, une plateforme permettant à un propriétaire de générer en ligne un contrat de bail garanti conforme à la législation régionale qui s’applique et, le cas échéant, déjà prérempli avec les données de la petite annonce. Il pouvait stocker ce bail dans un espace dédié sur le cloud et partager celui-ci avec le locataire, afin que ce dernier puisse le consulter et faire éventuellement des remarques.

Il fallait toujours néanmoins passer par l’étape de l’impression papier pour la signature du bail, avec parfois des allers-retours longs et fastidieux entre propriétaire et locataire. Le bailleur devait aussi enregistrer le document auprès du SPF Finances, soit en déposant des exemplaires au bureau d’enregistrement le plus proche (ou en l’envoyant via la poste), soit en scannant le document pour un envoi via l’application en ligne MyRent.

Ces deux derniers obstacles sautent aujourd’hui.

► Toutes nos informations sont à lire sur Le Soir+.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une image 3D du futur CERN à Genève.

    Le joker solaire des «archistars»

  • Les projets neufs fleurissent en Espagne et attirent de plus en plus d’acquéreurs.

    Résidences secondaires: l’Espagne pourrait à nouveau séduire

  • Travailler sur un coin de la table de la salle à manger, pas évident...

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Changer sa déco simplement

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS/Carlo Cozzoli

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: un lourd bilan humain (infographie)

  2. RTS38CM2

    Etats-Unis: chronique d’une pandémie annoncée où toutes les mises en garde ont été balayées

  3. Pour Amandine Delforge, maman de la petite Aria, les émotions liées à l’accouchement sont restées intactes.

    Elles ont accouché pendant le confinement: «Cela reste l’une des plus belles choses de la vie»

La chronique
  • Etats-Unis: chronique d’une pandémie annoncée où toutes les mises en garde ont été balayées

    Aux Etats-Unis, il ne faudra pas attendre une commission d’enquête parlementaire pour évaluer comment les autorités ont répondu à la pandémie du coronavirus. Le « journalisme de reddition de comptes » tourne déjà à plein régime dans ce pays où la Cour suprême a consacré le rôle de la presse comme Quatrième pouvoir. « Il a fallu 70 jours pour que Donald Trump traite le coronavirus non pas comme une menace distante ou une grippe inoffensive, mais comme une force meurtrière qui s’apprête à tuer des dizaines de milliers de citoyens », écrivait le Washington Post le 4 avril dans un article de 40.000 signes, fondé sur l’interview de 47 experts et sévèrement intitulé : « Les Etats-Unis accablés par le déni et les dysfonctionnements ».

    L’établissement de la ligne de temps de la pandémie et, en parallèle, des mesures gouvernementales est sans appel. Comme le reconnaissait le gouverneur démocrate de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, « la maladie a toujours eu une longueur...

    Lire la suite

  • L’après-crise? Et voilà soudain qu’on prépare la sortie du confinement… idéologique

    Ce sera quoi la facture ? Lufthansa annonçait mardi qu’il faudrait restructurer Brussels Airlines. Soudain, 4.200 employés ont tremblé, et beaucoup d’autres travailleurs avec eux. Tenir, il faut tenir, mais les entreprises qui nous emploient y réussiront-elles ? Une enquête disait hier que 40 % des chefs d’entreprise wallons craignaient la faillite. Et voilà le mot redouté auquel on préfère désormais la « préservation de la chaîne de valeur ». Mais la menace est là, plus la mise à l’arrêt de l’économie du monde se...

    Lire la suite