Formation flamande: Siegfried Bracke (N-VA) peu favorable à l’entrée du CD&V

Formation flamande: Siegfried Bracke (N-VA) peu favorable à l’entrée du CD&V
Bruno Dalimonte

L’ancien président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA), est partisan d’une coalition bourguignonne en Flandre, incluant son parti, l’Open Vld et le SP.A, a-t-il réaffirmé jeudi au micro de Radio 1. Il n’est pas favorable à l’entrée du CD&V dont la présence causerait de sérieux problèmes, selon lui.

A ses yeux, la coalition suédoise sortante (N-VA, Open Vld et CD&V) ne doit donc pas être reconduite. «On ne devrait pas faire cela, notamment parce qu’on a besoin de faire évoluer socialement la politique menée jusqu’ici», a-t-il commenté. «Voyez le Vlaams Belang, qui a remporté les élections sur un programme socio-économique plutôt de gauche. Nous devons être attentifs au signal de l’électeur et le traduire dans l’exécutif qui sera mis en place.»

«Si l’Open VLD est débarqué au niveau flamand, il ne participera pas non plus au fédéral», annonce un libéral

Selon Bracke, qui se décrit comme simple observateur, une coalition composée de la N-VA, du SP.A et de l’Open Vld a plus de chances de réussir, même s’il qualifie d’intéressante la solution d’un éventuel gouvernement minoritaire avec appui du Vlaams Belang.

Le CD&V ne constitue, selon lui, plus un partenaire de coalition idéal. «S’il faut collaborer avec un parti qui est sous l’emprise forte de l’ACV par exemple, alors on va être confronté à de gros problèmes qu’on aurait pu éviter.» Il renvoie à la sortie du syndicat chrétien ACV (pendant flamand de la CSC) qui a estimé qu’il n’y avait pas d’aussi mauvaise nouvelle que le soi-disant manque de flexibilité du travailleur belge. Le centre flamand Het Steunpunt Werk a récemment relevé que les Belges travaillaient moins en soirée, de nuit et le week-end que leurs homologues européens.

Coalition en Flandre: Groen tend la main à Bart De Wever

Si la Flandre se dote de cette majorité bourguignonne, cela ne veut pas forcément dire qu’une coalition violette-jaune (PS-SP.A, MR-Open Vld en N-VA) va voir le jour au fédéral. «Je trouve qu’il faut de toute façon discuter avec le PS. C’est une question de principe. Mais je dois reconnaître que je ne vois pas comment on va pouvoir un jour concilier deux approches si différentes. Prenez l’exercice budgétaire: le PS voudra augmenter les impôts alors que la N-VA cherchera les économies», conclut Siegfried Bracke.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite