La nouvelle fonction d’Olivier Maingain contrarie la Flandre: les partis flamands se sentent mis à l’écart

La nouvelle fonction d’Olivier Maingain contrarie la Flandre: les partis flamands se sentent mis à l’écart
Belga

Le président actuel de Défi, Olivier Maingain, pourrait devenir un « agent de liaison » entre les francophones des Régions bruxelloise wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La création prévue par l’exécutif bruxellois de ce nouveau poste laisse la Flandre sur le côté, déplorent plusieurs partis flamands, selon De Standaard.

« Inutile » : le MR et le CDH critiquent la nouvelle fonction d’Olivier Maingain au gouvernement bruxellois

Pour Cieltje Van Achter (N-VA), « renforcer les liens entre Bruxelles et les différentes communautés est une bonne idée, mais cela peut se faire de gouvernement à gouvernement. » Elle « ne voit donc pas l’intérêt » de créer un tel poste, indique-t-elle au média néerlandophone. La nationaliste flamande s’interroge également sur la légalité de cette fonction. Puisqu’Olivier Maingain ne compterait pas se limiter aux compétences relevant de la Cocof, mais envisagerait de s’intéresser à des matières régionales.

Il s’agit uniquement d’un lien entre francophones, « aucune proposition n’a été présentée afin de renforcer les liens avec la Flandre », insiste pour sa part Hendrik Vuye, ex-parlementaire nationaliste indépendant. « L’objectif est d’harmoniser la politique entre les Régions bruxelloise et wallonne, tandis que la Flandre reste à l’écart », regrette-t-il. Il souligne aussi le profil d’Olivier Maingain souvent décrié en Flandre : « un Francophone radical et anti-Flamand ».

Le Vlaams Belang et le CD&V considèrent également que la Flandre est mise de côté.

Un financement « indéterminé »

De plus, les partis flamands dénoncent le financement « indéterminé » d’une telle fonction. « Les contours de ce poste exercé à titre gratuit ne sont pas définitivement fixés », avait déclaré le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) à L’Echo. « Mais la Cocof participera au financement de la petite équipe », avait précisé Olivier Maingain sans donner davantage de détails, si ce n’est qu’il souhaiterait être entouré par quelques collaborateurs.

La solidarité des Flamands envers Wallons et Bruxellois s’élève à 968 euros par an

Selon le Vlaams Belang, cette fonction, que le parti qualifie d’anti-flamande, serait carrément financée par les impôts que la Flandre verse à la Wallonie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous