«C’est extrêmement rare»: une huître géante d’1,4 kilo découverte en Vendée

«C’est extrêmement rare»: une huître géante d’1,4 kilo découverte en Vendée
AFP

Une huître géante pesant 1,440 kilo pour 25 centimètres a été découverte par un ostréiculteur de Talmont-Saint-Hilaire (Vendée) l’ayant surnommée « Georgette » en hommage à une salariée, avant de remettre à l’eau le mollusque probablement âgé de 13 à 15 ans.

« Je travaillais dans le chenal et en marchant, j’ai senti quelque chose à mon pied. Je l’ai récupéré et c’était cette grosse huître », a raconté à l’AFP jeudi un salarié des Viviers de la Guittière.

Mathieu Naslin, qui a trouvé l’huître le 2 août, travaille depuis huit ans pour ce parc ostréicole et affirme n’avoir jamais fait une telle découverte.

En avril, un autre mollusque à la taille exceptionnelle, 1,3 kilo pour 27 centimètres, avait été découvert dans un parc ostréicole voisin, dans ce secteur de la côte Atlantique situé près des Sables d’Olonne.

« C’est extrêmement rare », a expliqué Mathieu Naslin. « Je ne doute pas qu’en pleine mer il existe d’autres huîtres de cette taille mais dans nos parcs, c’était inespéré. Le taux de salinité baisse parfois considérablement car nous sommes à proximité d’un bassin versant qui rejette de l’eau douce dans notre chenal. Cela limite le développement des huîtres. »

« Georgette »

L’huître, qui a depuis été remise à l’eau, a été surnommée « Georgette » parce qu’une salariée du parc ostréicole, partie en retraite fin juillet, portait ce surnom. « C’était un peu la matriarche de la société », précise Mathieu Naslin.

L’huître Georgette aurait entre 13 et 15 ans. « Une huître normale grandit d’environ 3 centimètres par an et reste 3 ans dans l’eau. Mais il a été prouvé qu’une huître pouvait vivre entre 35 et 60 ans, on estime l’âge grâce aux stries de la coquille », a précisé l’ostréiculteur.

Georgette est comestible mais pas question pour le parc ostréicole de la commercialiser. « Il y a des amateurs de très grosses huîtres mais pour nous, le but est de la conserver vivante et pourquoi pas de la faire encore grossir. C’est un trophée », a expliqué M. Naslin.

« Il y a pas mal de personnes qui nous ont proposé de l’acheter. Pour plaisanter, notre patron nous a dit qu’elle ne partirait pas en dessous de 2.000 euros. Mais même pour 30.000 euros, nous ne la vendrions pas », conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous