Explosion au Caire: 17 «terroristes» tués dans des opérations liées à un attentat

Explosion au Caire: 17 «terroristes» tués dans des opérations liées à un attentat

Les forces de sécurité égyptiennes ont dit avoir tué jeudi «17 terroristes» lors d’une opération contre des suspects qui seraient impliqués dans l’attentat ayant fait 20 morts dimanche au Caire.

>Explosion au Caire: la collision meurtrière entre des voitures est un acte «terroriste», selon le président egyptien

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur a précisé que les personnes tuées appartenaient au groupuscule Hasm, considéré par les autorités comme proche des Frères musulmans, une confrérie interdite et sévèrement réprimée en Egypte.

Lundi, le président Abdel Fattah al-Sissi a affirmé qu’une collision entre plusieurs voitures dimanche au Caire était un acte «terroriste», l’un des véhicules ayant été chargé d’explosifs.

Selon le ministère de la Santé, au moins 20 personnes ont été tuées lorsqu’une voiture chargée d’explosifs et roulant à grande vitesse a percuté trois autres véhicules près de l’Institut du Cancer.

Une organisation liée aux Frères musulmans

Le ministère de l’Intérieur a affirmé que le groupe Hasm était «derrière la préparation du véhicule» ayant causé l’explosion.

Jeudi, le ministère a précisé que ses services avaient identifié le kamikaze qui a lancé la voiture bourrée d’explosifs contre d’autres véhicules. «C’est un membre du Hasm qui est lié à l’organisation terroriste des Frères musulmans.»

Selon lui, les forces de sécurité ont pu «localiser des membres d’une cellule de Hasm» et ont tué 17 d’entre eux lors d’opérations au Caire et à Fayoum (sud), dont le frère du kamikaze qui a été capturé et a tenté de fuir avant d’être abattu.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si la cellule et les 17 personnes tuées étaient directement impliqués dans l’attentat de dimanche.

Depuis 2016, le groupe Hasm a revendiqué plusieurs attentats contre la police, des officiels et des juges, au Caire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite