Explosion au Caire: 17 «terroristes» tués dans des opérations liées à un attentat

Explosion au Caire: 17 «terroristes» tués dans des opérations liées à un attentat

Les forces de sécurité égyptiennes ont dit avoir tué jeudi «17 terroristes» lors d’une opération contre des suspects qui seraient impliqués dans l’attentat ayant fait 20 morts dimanche au Caire.

>Explosion au Caire: la collision meurtrière entre des voitures est un acte «terroriste», selon le président egyptien

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur a précisé que les personnes tuées appartenaient au groupuscule Hasm, considéré par les autorités comme proche des Frères musulmans, une confrérie interdite et sévèrement réprimée en Egypte.

Lundi, le président Abdel Fattah al-Sissi a affirmé qu’une collision entre plusieurs voitures dimanche au Caire était un acte «terroriste», l’un des véhicules ayant été chargé d’explosifs.

Selon le ministère de la Santé, au moins 20 personnes ont été tuées lorsqu’une voiture chargée d’explosifs et roulant à grande vitesse a percuté trois autres véhicules près de l’Institut du Cancer.

Une organisation liée aux Frères musulmans

Le ministère de l’Intérieur a affirmé que le groupe Hasm était «derrière la préparation du véhicule» ayant causé l’explosion.

Jeudi, le ministère a précisé que ses services avaient identifié le kamikaze qui a lancé la voiture bourrée d’explosifs contre d’autres véhicules. «C’est un membre du Hasm qui est lié à l’organisation terroriste des Frères musulmans.»

Selon lui, les forces de sécurité ont pu «localiser des membres d’une cellule de Hasm» et ont tué 17 d’entre eux lors d’opérations au Caire et à Fayoum (sud), dont le frère du kamikaze qui a été capturé et a tenté de fuir avant d’être abattu.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si la cellule et les 17 personnes tuées étaient directement impliqués dans l’attentat de dimanche.

Depuis 2016, le groupe Hasm a revendiqué plusieurs attentats contre la police, des officiels et des juges, au Caire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite