Accueil Opinions Éditos

Giec: manger moins de viande ne suffira pas à nourrir la planète

Aux nobles ambitions environnementalistes s’est imposée la réalité d’une industrie agro-alimentaire qui a investi massivement dans l’intensif, l’industriel, le mécanisé à outrance, le manufacturé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Selon Greta Thunberg, il suffirait pour les politiques « d’écouter la science » pour sauver la planète. Ou en tout cas l’Homme, car il est très probable que celle-ci survivra des millions d’années à notre extinction.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Beckers Jean, lundi 12 août 2019, 11:48

    Désolé pour le Soumis Mr Soumois ! Correction orthographique automatique détestable !

  • Posté par Beckers Jean, lundi 12 août 2019, 11:46

    Merci Monsieur Soumis pour votre éditorial. Il est de qualité, et il est engagé. Engagé pour la planète, pour l'humanité, pour nos enfants et petits-enfants. On rêverait que la rédaction du Soir se mette -enfin- au diapason de votre apport, et plaide enfin, de manière cohérente, pour une politique intelligente des rapports homme-Nature. Il y a urgence, il y a le feu au lac. (Et à la Taïga !). Seule une révolution peut nous sauver du pire. Révolution des esprits. Révolution de la production et de la consommation. Révolution sociale. Il est trop tard pour sauver toute l'humanité. Des millions de gens vont mourrir. Mais sauvons ce qui peut l'être.

  • Posté par Eric Van Campenhout, samedi 10 août 2019, 22:06

    Le système de l'alimentation est verrouillé par l'industrie représentée par l'OMC. La nourriture qui devrait presque être sacrée puisque nous sommes ce que nous mangeons, est devenu une simple marchandise prête aux échanges les plus ridicules (céréales européennes exportées pour du bétail transformé en viande importée). Et les plus émetteurs de co2. Les céréaliers sont les grands gagnants du système, alliés à l'industrie de mécanisation et de la chimie. Mécanisation et cocktails ...icides qui compactent les sols et dirigent lentement le paysage vers la désertification, tout en gonflant les cours d'eau destructeurs des centres historiques. Le lobbyisme de ces industries est outrageusement représenté par rapport à la société civile dans les réunions européennes prédestinant aux politiques de la PAC, pilotées par les mafias du Boerenbond, de la FNSEA, etc... Aujourd'hui sans réaction du politique, qui ne peut nommer les ministres de l'agriculture sans accord de cette mafia, la seule réaction possible est celle d'en bas. De chaque citoyen responsable de se tourner vers une alimentation saine et locale, d'interroger ses origines. Une agriculture responsable et organique ne serait plus émissive de co2 mais au contraire, peut devenir un puits de carbone, réduisant drastiquement les gaz à effets de serre. Elle régénérerait les sols, l'eau, le climat tout en améliorant la santé publique. Le budget de la Pac, 45 % du budget Européen devrait d'urgence, être orienté vers cette régénération avant qu'il ne soit trop tard et que tout le système terre bascule dans un équilibre où l'homme est exclu. Ce serait un grand pas pour lutter contre le réchauffement sans faire de révolution et en améliorant considérablement la vie des gens. Et le paysage pourrait en quelques années, redevenir enchanteur, confirmant l'impression générale de cette bonne politique. Aujourd'hui, avec les découvertes récentes sur le monde des micro-organismes dans le sol, l'agriculture pourrait devenir un univers non pas constitué du dur servage d'antan, mais plutôt le lieu passionnant de l'observation de la nature autorégulatrice. La permaculture, peut produire 10 x plus au m2 en 8 ans, que l'agriculture ...icide, résister au changement climatique et enchanter l'homme. Qu'on lui consacre ne fut ce qu'une fraction de la PAC, pour ses fonctions régénératrices qui n'ont pas de prix.

  • Posté par Quevit Anne, samedi 10 août 2019, 13:25

    Quand la réalité dérange, on stigmatise, on caricature, on discrédite, on ridiculise. C’est facile et cela plait à beaucoup de monde. On mange du bœuf et on bouffe du curé, du socialiste, de l’ecolo, du syndicaliste, de l'étranger, du chômeur du climatologue ou autres boucs émissaires. Tous ces gens ont évidemment tord comme le prouve la raison du plus fort tellement plus intelligente. Laissons faire la nature: canicules, tempêtes, inondations, sécheresses, fontes des glaciers. Continuons d’abattre les forêts tropicales pour produire les aliments pour bétail, polluer les sols et l’atmosphere. Pourquoi pas un clip du MR sur la manière de s’organiser pour se reconvertir, produire et consommer moins de viande, moins de plastics, moins de sucre et moins de pétrole ou de nucléaire. Je me le demande tiens ?

  • Posté par Nizette Barbara, samedi 10 août 2019, 10:44

    Quand je pense comme on s'est moqué du clip de campagne du MR qui prédisait que les écolos interdiraient la consommation de viande ! Et pourtant, nous y sommes déjà !

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs