Des associations réclament l’interdiction de l’abattage sans étourdissement à Bruxelles

Des associations réclament l’interdiction de l’abattage sans étourdissement à Bruxelles

Dix-sept associations demandent au nouveau gouvernement bruxellois et au parlement d’interdire l’abattage sans étourdissement en Région de Bruxelles-Capitale. Dans une lettre ouverte publiée vendredi, à deux jours de l’Aïd el-Kébir (Fête du sacrifice), Gaia, l’Union Professionnelle Vétérinaire et les autres organisations de défense des animaux réclament une méthode d’étourdissement appropriée «afin que les animaux sensibles souffrent le moins possible».

Les signataires de la lettre ouverte remarquent que le nouvel exécutif bruxellois, qui a prêté serment le 18 juillet dernier, ne fait pas «la moindre mention» de l’abattage sans étourdissement dans son accord de gouvernement.

«L’étourdissement obligatoire est le seul moyen d’épargner aux animaux des souffrances et une détresse sévères et prolongées, aussi inutiles qu’évitables techniquement», ajoute Michel Vandenbosch, président de GAIA. «Il est primordial que les élus bruxellois en prennent conscience et prouvent le sérieux qu’ils accordent au bien-être animal.»

Recours

Les associations citent 10 raisons d’interdire l’abattage sans étourdissement en Région de Bruxelles-Capitale. Elles soulignent notamment que ce type d’abattage est pratiqué quotidiennement à l’abattoir d’Anderlecht et que la Cour européenne de Justice au Luxembourg a reconnu que les animaux souffrent davantage lorsqu’ils sont abattus en pleine conscience.

Une interdiction absolue de l’abattage sans étourdissement a été adoptée en 2017 en Flandre et en Wallonie. Elle est entrée en vigueur le 1er janvier au nord du pays et le sera le 1er septembre au sud. Plusieurs organisations religieuses juives et musulmanes ont toutefois introduit un recours en annulation devant la Cour constitutionnelle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite