Jasper Philipsen après l’Euro de cyclisme: «Nous avons disputé une bonne course»

Belga
Belga

Alerte, Philipsen était un des quatre Belges à s’installer dans le premier éventail formé directement après le départ. Mais, contrairement à Yves Lampaert, il n’a pas figuré dans le groupe de 13 coureurs ayant survécu à un coup frappé par les Italiens. « Je n’ai tout simplement pas pu boucher le trou. Je n’étais qu’à cinq secondes. C’est dommage, mais c’est une course sans oreillettes », a expliqué Philipsen. « Avec la communication, on a une vue d’ensemble. On voit ce qui se passe. Yves pouvait se laisser glisser vers l’arrière ou simplement ne pas rouler devant. Mais il ne savait pas que je me rapprochais de plus en plus. Je me suis plié en deux, j’ai pensé que j’allais sprinter jusqu’à l’arrivée. Finalement, j’ai explosé. C’est douloureux, mais je ne pouvais pas faire autrement. »

Il s’est retrouvé dans le deuxième groupe. « J’étais un peu enfermé dans le sprint et je ne me suis pas vraiment impliqué. De toute façon, ça n’avait plus vraiment d’importance. Yves a fait du mieux qu’il a pu contre ces hommes en terminant deuxième. Nous avons disputé une bonne course. Nous étions quatre dans le premier groupe. Si Tim n’avait pas crevé, la course aurait été différente. C’était une course très dure. C’était assez difficile de reprendre la compétition après le Tour et mes vacances. J’ai l’impression que ma condition n’est pas à 100 pour cent. Il me manque encore quelques pour cent. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Une fiscalité automobile intelligente: il est grand temps

    C’est peu risqué, mais prenons le pari : l’idée du gouvernement bruxellois d’imposer une taxe de congestion à l’entrée de la ville va faire hurler. Listons les arguments : option antisociale qui nuira aux plus pauvres, nouvelle manifestation de rage taxatoire visant les automobilistes « vaches à lait », mesure discriminatoire, non concertée avec les autres Régions, instrument inefficace puisqu’il n’y a pas d’alternatives et que les automobilistes « n’ont d’autre choix que de prendre leur voiture », décision...

    Lire la suite