Migration: Francken et Salvini critiquent le «cynisme» de Richard Gere après sa visite sur l’Open Arms

L’acteur Richard Gere s’est rendu sur l’Open Arms vendredi
L’acteur Richard Gere s’est rendu sur l’Open Arms vendredi - Reuters

Le navire humanitaire Ocean Viking, affrété par SOS Méditerranée et MSF, a secouru samedi 80 migrants, s’ajoutant aux 85 de la veille, tandis que l’Open Arms d’une ONG espagnole bataillait avec Malte et l’Italie pour débarquer 121 migrants, en mer depuis dix jours. Vendredi matin, l’acteur américain Richard Gere est monté à bord pour rencontrer l’équipage et les migrants, dont une trentaine sont mineurs.

Une visite critiquée par les populistes Theo Francken (N-VA) et le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini : « Richard Gere voyage d’Hollywood à Lampedusa avec un avion privé pour rendre visite à des migrants sans ressources et sans espoir sur un navire flottant, puis rentre au pays. Seulement une histoire d’ego. Le cynisme de l’élite mondiale ne connaît pas de limites », a lancé Theo Francken sur Twitter ce dimanche.

« Étant donné que ses amis de l’ONG comptent 180 immigrants, je suis certain que le généreux millionnaire les accueillera tous dans ses villas. Ai-je tort ? », a pour sa part attaqué Salvini, également sur Twitter.

En tout ce dimanche, plus de 400 migrants sont hébergés sur les navires humanitaires Open Arms et Ocean Viking après un troisième sauvetage, près de la Libye, effectué par ce dernier bateau. Mais aucune solution n’est en vue pour leur accueil.

Capacités d’accueil dépassées

Même si les capacités d’accueil optimales - 200 passagers environ - sont dépassées pour des personnes fatiguées, le coordinateur des opérations de recherche et de secours de l’ONG SOS Méditerranée, Nicholas Romaniuk, a décidé de continuer à patrouiller dans une zone située à 60 miles marins (environ 110 km) de Tripoli afin de secourir potentiellement d’autres embarcations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite