Bienvenue en Wallonie: Huy, ville d’histoire nichée entre deux rives

Le fleuve a une place prépondérante dans le développement de Huy.
Le fleuve a une place prépondérante dans le développement de Huy. - Dominique Duchesnes

Avec environ 20.000 habitants, Huy est une petite ville où il fait bon vivre.Installée au confluent de La Meuse et du Hoyoux, cette cité mosane, dont l’implantation remonte à l’Antiquité, jouit d’un riche passé métallurgique et historique. Le fleuve y possède une place prépondérante. Chaque année, les nageurs effectuent sa traversée hivernale ou sautent dans ses eaux lors du Big Jump. Et en été, une croisière à bord du Val Mosan apporte une bouffée d’air frais.

Visiter Huy peut se faire en quelques heures mais la ville ne manque pas d’attrait pour ceux qui veulent y flâner un week-end. Boire un verre en terrasse sur la Grand-Place est un régal ! À côté des sites touristiques majeurs que sont Li Bassinia, le fort et la collégiale, Huy offre de nombreuses opportunités culturelles et sportives dont la Flèche wallonne, le rallye du Condroz ou son festival de jazz. En balade avec des enfants ? Le parc Mont Mosan est là.

Tous les sept ans, les festivités des Septennales, qui battent actuellement leur plein et connaissent un point d’orgue le 15 août lors de la foire annuelle, sont également un événement folklorique et religieux incontournable.

Les Caves Gourmandes pour manger

Situé au fond de la place Saint-Séverin, le restaurant Les Caves Gourmandes affiche avec simplicité sa carte en façade. Impossible d’observer l’intérieur de l’établissement depuis la placette. Il vous faudra descendre une volée de marches pour pénétrer dans une ancienne cave à vin du XVIe  s. Le patron et chef Christophe Durand accueille ses clients avec simplicité et élégance depuis 2006. Il propose une carte allégée en plats mais raffinée et notamment composée de trois menus cuisinés avec des produits de saison, frais et, si possible, locaux.

Avec des menus allant de 37 à 47 €, Les Caves Gourmandes se veulent accessibles à toutes les bourses et brassent un public large. Afin de coller au mieux à l’évolution des saisons, le chef, adepte de la cuisine intuitive, change mensuellement son menu et sa carte tous les deux mois. Le restaurant sert également de galerie d’art en mettant en valeur des artistes locaux. Et en 2016, le patron a ouvert un service traiteur, La Boutique Gourmande.

La collégiale Notre-Dame, à visiter absolulment

Impossible de faire une escale à Huy sans visiter la collégiale Notre-Dame et Saint-Domitien. Située rive droite, l’édifice religieux se dresse majestueusement en bord de Meuse et attire tous les regards. Construite entre 1311 et 1536, la collégiale allie avec élégance le gothique rayonnant et flamboyant.

Classée au patrimoine exceptionnel de Wallonie, on comprend rapidement qu’elle ne galvaude pas son titre lorsque l’on pénètre dans la bâtisse pour se laisser imprégner par sa spiritualité et sa magnificence. Mais ce qui en fait surtout la fierté des Hutois est Li Rondia. Située sur la tour occidentale, cette rosace est l’une des quatre merveilles de Huy et la plus grande rosace en gothique rayonnant de Wallonie.

La collégiale abrite également le trésor. Installé dans l’ancienne crypte romane, il est composé de joyaux d’orfèvrerie dont les châsses de saint Domitien et saint Mengold. Et si vous avez encore un peu de temps, allez contempler le portail du Bethléem qui se dresse derrière l’édifice.

Que visiter ?

L’Office du Tourisme de Huy met à disposition des visiteurs une carte de la ville suggérant une balade s’aventurant sur les rives droite et gauche de la Meuse. D’environ 3 km, cette dernière propose de passer par une trentaine de points clés.

La partie la plus pittoresque de la balade est sans conteste celle du Vieux Huy, avec ses ruelles pavées à l’ancienne et ses murs en moellons. Plusieurs bâtiments emblématiques se regroupent dans cet hyper-centre. Avec la disparition des voitures suite à sa restauration, la place Verte confinée derrière l’hôtel de ville a retrouvé son charme d’antan. Elle regroupe notamment l’église désacralisée Saint-Mengold, son ancien presbytère et la maison Nokin. À proximité se situent la maison près la Tour, celle du Gouverneur et le couvent des Frères Mineurs qui abrite notamment le musée communal.

Si vous ne souhaitez pas faire la balade librement, vous pouvez demander à être accompagné d’un guide. Il vous en coûtera 50 euros pour une heure, 60 euros pour 2 h et 70 euros pour 3 h.

Office du Tourisme : quai de Namur 1 – 085/21.29.15 – tourisme.huy.be.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite