Accueil Monde Europe

Migration: l’imbroglio ne se résout pas en Méditerranée, nouveau sauvetage pour l’Ocean Viking

En trois jours, l’organisation humanitaire SOS Méditerranée et MSF France ont procédé à quatre sauvetages en mer Méditerranée. L’Italie, l’Espagne et Malte refusent d’accueillir les migrants. La Grèce demande le « partage du fardeau ».

Temps de lecture: 4 min

L’association SOS Méditerranée et MSF France en ont maintenant l’habitude. En seulement trois jours, l’Ocean Viking a procédé à son quatrième sauvetage au large des eaux libyennes. 300 personnes ont été sauvées. Il s’agit pour les trois-quart de jeunes âgés de 18 à 34 ans.

François Thomas est le président de SOS Méditerranée. À propos du troisième sauvetage, il explique : « L’Ocean Viking a détecté des mouvements d’un avion de la force européenne, alors que nous n’avions pas de contact avec cet avion. Mais le navire s’est dirigé vers cette zone et a détecté une embarcation pneumatique avec un certain nombre de personnes à bord. »

Ce lundi, MSF a annoncé avoir procédé à un nouveau sauvetage « délicat ». Plus de 100 personnes ont été mises en sécurité selon l’association.

356 personnes seraient maintenant à bord du bateau Ocean Viking.

Ces quatre sauvetages interviennent après le secourisme de 121 migrants il y a 11 jours par le navire Ocean Arms. Ses passagers sont toujours coincés en mer, dans l’attente d’être accueilli par un pays membre de l’Union Européenne.

Désormais, plus de 400 migrants sont dans l’attente d’une solution.

Plus de 250 personnes ont été secourues ce weekend par SOS méditerranée. Ce nombre s’ajoute aux 150 passagers coincés en mer depuis 11 jours.
Plus de 250 personnes ont été secourues ce weekend par SOS méditerranée. Ce nombre s’ajoute aux 150 passagers coincés en mer depuis 11 jours. - Anne Chaon/ AFP

Un jeu de passe-passe

L’association est ainsi dans l’attente d’une décision des autorités portuaires et de la Commission Européenne. Les pays du sud de l’Union Européenne sont les premiers concernés par l’arrivée de migrants. L’Espagne, l’Italie et Malte ont d’ores et déjà refusé l’accès à leur côte. Seules quelques exceptions ont été délivrées.

Samedi, Malte a proposé de transférer vers ses côtes 39 des 121 migrants de l’Open Arms, c’est-à-dire les migrants ayant été secourus dans sa zone de recherche et de sauvetage, au large de ses eaux territoriales. Trois migrants ont de même été autorisés à accéder aux terres maltaise et italienne, pour des raisons médicales.

Aucune solution n’a encore été trouvée pour permettre l’accueil des 400 personnes secourues.
Aucune solution n’a encore été trouvée pour permettre l’accueil des 400 personnes secourues. - Anne Chaon / AFP

La Grèce, de son côté, s’est dite « profondément inquiète » lundi d’une hausse des arrivées de migrants ces dernières semaines sur ses îles égéennes. Le pays appelle la Commission européenne à un « partage plus juste du fardeau ». « Depuis le 7 juillet, il n’y a pas eu un seul jour sans arrivée », a déclaré le ministre adjoint chargé de la Protection du citoyen, Georges Koumoutsakos, dans une interview au quotidien ’Kathimerini’. Aujourd’hui, sur les cinq îles égéennes proches de la Turquie – Lesbos, Samos, Chios, Kos et Leros – le nombre total de migrants « a dépassé les 20.000, ce qui constitue une augmentation de 17 % en quelques semaines », a déploré le responsable de la politique migratoire.

Le ministre a évoqué une « très difficile équation » pour la Grèce, « un pays sur la ligne de front, qui sert aussi de frontière extérieure pour l’Europe ». Selon lui, Athènes « a épuisé ses capacités sur ce plan (et) attend avec impatience une coopération efficace de la commission européenne et de ses pays membres », a-t-il insisté.

Du côté des autres États membres de l’UE, c’est silence radio, aucune solution n’a été proposée. La Commission européenne, elle, indique que c’est aux pays membres de décider de l’accès à leurs côtes.

Le changement de présidence de la Commission européenne semble cependant susciter de l’espoir. Élue en juillet, Ursula Von der Leyen a assuré placer « la question migratoire très haut sur sa liste des priorités ». Celle-ci a assuré vendredi à Rome qu’elle comptait proposer « un nouveau pacte pour les migrations et l’asile » afin de mieux répartir les efforts au sein de l’Union européenne. Un accord que M. Koumoutsakos espère basé sur « la base d’une solidarité concrète et authentique ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par VERDOODT-COLART Jean-Marie, mardi 13 août 2019, 9:54

    Au plus il y aura des bateaux d'ONG, au plus il y aura des gens à secourir et au plus les passeurs auront de la matière, le réservoir est encore bien rempli en Afrique.

  • Posté par Matielig Rino, mardi 13 août 2019, 6:16

    Que les Grecs votent a l'Italienne s'ils n'en veulent plus ;-)

  • Posté par Raurif Michel, lundi 12 août 2019, 18:31

    Messieurs les ONG, merci ! Vous avez rempli votre contrat. Les passeurs se sont bien remplis les poches et vous en remercient, vous aussi, ne dites pas le contraire, combien a encaissé l’ONG de la capitaine ? Plus de 1.500.000 € en deux jours ! Faut le faire ! Vous avez recueilli les immigrés. Bravo ! Mais, maintenant que comptez-vous en faire ? Ça ce n’est pas votre boulot ! ce n’est pas non plus celui de l’Europe. Dans le golfe persique, là, il y a des pays très riches avec des dollars à ne pas savoir quoi en faire ! Voilà l’endroit où il faut déposer les immigrants. Mais, je doute très sincèrement que vous ayez le courage de les déposer dans ces pays ! Mais eux non plus ne veulent pas de cette population alors que faire ?

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs