Groen critique la note de Bart De Wever: «Nous sommes très inquiets car ceci n’est pas notre Flandre»

Meyrem Almaci, la présidente Groen.
Meyrem Almaci, la présidente Groen. - Belga

Groen dénonce ce lundi « l’empreinte très claire » du Vlaams Belang sur la note de départ présentée par Bart De Wever en vue de former le nouveau gouvernement flamand. « L’impact des discussions avec le Vlaams Belang est particulièrement frappant », déplore le parti écologiste flamand.

► «  Une coalition avec le Vlaams Belang s’est avérée impossible », souligne Bart De Wever

« Nous sommes très inquiets, car ceci n’est pas notre Flandre », a regretté ce lundi Groen dans un communiqué. « En comparaison avec le flou qui entoure les objectifs climatiques, la note est très concrète en ce qui concerne la politique d’intégration », regrette Groen. « Bart De Wever défend une vision fermée de l’identité flamande alors que la Flandre a été ouverte tout au long de l’histoire », dénonce le parti qui accuse l’homme fort du Belang, Tom Van Grieken, d’avoir écrit « à quatre mains » la note avec l’informateur.

« L’instrumentalisation de la (chaîne publique) VRT, de l’enseignement et de nos institutions culturelles au profit d’une identité flamande à définir, c’est d’un autre temps. Bruxelles semble mise sous curatelle, tout doit être mis au service de la nation flamande », critique Groen.

« Une identité flamande inexistante »

« Cette note n’indique aucune garantie sociale, ni aucune ambition climatique. Cela réduit l’identité flamande à quelque chose qui n’existe pas », lance, pour sa part, la présidente du parti, Meyrem Almaci.

Déçus, les verts soulignent l’absence d’ambition climatique. « Alors que des pays comme les Pays-Bas et l’Allemagne sont avant-gardistes en matière climatique, la Flandre stagne toujours sur le terrain », réagit Groen. « Les deux mesures les plus importantes pour mettre en œuvre la transition climatique sont totalement absentes : une taxation kilométrique intelligente et un stop aux constructions. »

Une mesure inacceptable

La N-VA souhaite durcir les conditions d’accès aux aides sociales. Les nouveaux arrivants devront attendre cinq ans et avoir un comportement irréprochable s’ils souhaitent pouvoir y prétendre. Les nouveaux logements sociaux qui seront construits iront en priorité à ceux qui peuvent prouver un lien fort avec la commune ou la région où ils font leur demande. Une mesure inacceptable selon Groen.

« La Flandre peut bien mieux que d’opter pour un retour à une Flandre qui n’a jamais existé », insiste le parti, tout en soulignant l’importance de respecter les droits fondamentaux de chacun, peu importe son origine.

Suivez notre direct :

Via mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous