Groen critique la note de Bart De Wever: «Nous sommes très inquiets car ceci n’est pas notre Flandre»

Meyrem Almaci, la présidente Groen.
Meyrem Almaci, la présidente Groen. - Belga

Groen dénonce ce lundi « l’empreinte très claire » du Vlaams Belang sur la note de départ présentée par Bart De Wever en vue de former le nouveau gouvernement flamand. « L’impact des discussions avec le Vlaams Belang est particulièrement frappant », déplore le parti écologiste flamand.

► «  Une coalition avec le Vlaams Belang s’est avérée impossible », souligne Bart De Wever

« Nous sommes très inquiets, car ceci n’est pas notre Flandre », a regretté ce lundi Groen dans un communiqué. « En comparaison avec le flou qui entoure les objectifs climatiques, la note est très concrète en ce qui concerne la politique d’intégration », regrette Groen. « Bart De Wever défend une vision fermée de l’identité flamande alors que la Flandre a été ouverte tout au long de l’histoire », dénonce le parti qui accuse l’homme fort du Belang, Tom Van Grieken, d’avoir écrit « à quatre mains » la note avec l’informateur.

« L’instrumentalisation de la (chaîne publique) VRT, de l’enseignement et de nos institutions culturelles au profit d’une identité flamande à définir, c’est d’un autre temps. Bruxelles semble mise sous curatelle, tout doit être mis au service de la nation flamande », critique Groen.

« Une identité flamande inexistante »

« Cette note n’indique aucune garantie sociale, ni aucune ambition climatique. Cela réduit l’identité flamande à quelque chose qui n’existe pas », lance, pour sa part, la présidente du parti, Meyrem Almaci.

Déçus, les verts soulignent l’absence d’ambition climatique. « Alors que des pays comme les Pays-Bas et l’Allemagne sont avant-gardistes en matière climatique, la Flandre stagne toujours sur le terrain », réagit Groen. « Les deux mesures les plus importantes pour mettre en œuvre la transition climatique sont totalement absentes : une taxation kilométrique intelligente et un stop aux constructions. »

Une mesure inacceptable

La N-VA souhaite durcir les conditions d’accès aux aides sociales. Les nouveaux arrivants devront attendre cinq ans et avoir un comportement irréprochable s’ils souhaitent pouvoir y prétendre. Les nouveaux logements sociaux qui seront construits iront en priorité à ceux qui peuvent prouver un lien fort avec la commune ou la région où ils font leur demande. Une mesure inacceptable selon Groen.

« La Flandre peut bien mieux que d’opter pour un retour à une Flandre qui n’a jamais existé », insiste le parti, tout en soulignant l’importance de respecter les droits fondamentaux de chacun, peu importe son origine.

Suivez notre direct :

Via mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite