Groen critique la note de Bart De Wever: «Nous sommes très inquiets car ceci n’est pas notre Flandre»

Meyrem Almaci, la présidente Groen.
Meyrem Almaci, la présidente Groen. - Belga

Groen dénonce ce lundi « l’empreinte très claire » du Vlaams Belang sur la note de départ présentée par Bart De Wever en vue de former le nouveau gouvernement flamand. « L’impact des discussions avec le Vlaams Belang est particulièrement frappant », déplore le parti écologiste flamand.

► «  Une coalition avec le Vlaams Belang s’est avérée impossible », souligne Bart De Wever

« Nous sommes très inquiets, car ceci n’est pas notre Flandre », a regretté ce lundi Groen dans un communiqué. « En comparaison avec le flou qui entoure les objectifs climatiques, la note est très concrète en ce qui concerne la politique d’intégration », regrette Groen. « Bart De Wever défend une vision fermée de l’identité flamande alors que la Flandre a été ouverte tout au long de l’histoire », dénonce le parti qui accuse l’homme fort du Belang, Tom Van Grieken, d’avoir écrit « à quatre mains » la note avec l’informateur.

« L’instrumentalisation de la (chaîne publique) VRT, de l’enseignement et de nos institutions culturelles au profit d’une identité flamande à définir, c’est d’un autre temps. Bruxelles semble mise sous curatelle, tout doit être mis au service de la nation flamande », critique Groen.

« Une identité flamande inexistante »

« Cette note n’indique aucune garantie sociale, ni aucune ambition climatique. Cela réduit l’identité flamande à quelque chose qui n’existe pas », lance, pour sa part, la présidente du parti, Meyrem Almaci.

Déçus, les verts soulignent l’absence d’ambition climatique. « Alors que des pays comme les Pays-Bas et l’Allemagne sont avant-gardistes en matière climatique, la Flandre stagne toujours sur le terrain », réagit Groen. « Les deux mesures les plus importantes pour mettre en œuvre la transition climatique sont totalement absentes : une taxation kilométrique intelligente et un stop aux constructions. »

Une mesure inacceptable

La N-VA souhaite durcir les conditions d’accès aux aides sociales. Les nouveaux arrivants devront attendre cinq ans et avoir un comportement irréprochable s’ils souhaitent pouvoir y prétendre. Les nouveaux logements sociaux qui seront construits iront en priorité à ceux qui peuvent prouver un lien fort avec la commune ou la région où ils font leur demande. Une mesure inacceptable selon Groen.

« La Flandre peut bien mieux que d’opter pour un retour à une Flandre qui n’a jamais existé », insiste le parti, tout en soulignant l’importance de respecter les droits fondamentaux de chacun, peu importe son origine.

Suivez notre direct :

Via mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite