Argentine: le peso et la Bourse plongent après le revers électoral du président Mauricio Macri

Le président argentin, Mauricio Macri.
Le président argentin, Mauricio Macri. - EPA

Le peso et la Bourse ont plongé lundi en Argentine, au lendemain du revers du président libéral sortant Mauricio Macri aux élections primaires considérées comme une répétition générale de la présidentielle d’octobre, où il briguera un nouveau mandat à la tête d’un pays englué dans la récession.

La monnaie locale s’échangeait lundi à la clôture du marché à 57,30 pesos pour un dollar contre 46,55 pesos vendredi soir, se dépréciant de 18,76 %. Certains bureaux de change préféraient même arrêter de négocier des dollars.

Et la Bourse de la troisième économie d’Amérique latine s’effondrait de près de 38 % (37,93 %) à la fermeture, après avoir dégringolé de plus de 10 % à l’ouverture.

Vendredi soir pourtant, l’indice Merval était en progression de 8 %, dans une ambiance d’optimisme avant les résultats électoraux de dimanche.

« Le scénario le plus probable »

« Une rupture dans les décisions politiques (du prochain gouvernement argentin) est désormais le scénario le plus probable », résumait lundi une note de la banque JP Morgan pour expliquer l’inquiétude des marchés.

Le président Macri s’est entretenu lundi matin avec le président de la Banque centrale, Guido Sandleris, et a préféré décaler le conseil des ministres à lundi après-midi pour suivre l’évolution des marchés.

« Le président devrait être en train de délivrer un message d’apaisement. Les marchés mettent en garde contre le fait que le gouvernement se trouve dans une situation où il ne peut pas apporter de réponse » à la crise économique, a déclaré à Radio 10 le candidat péroniste de centre-gauche Alberto Fernandez, grand vainqueur des primaires de dimanche soir.

M. Fernandez et sa colistière Cristina Kirchner, l’ancienne présidente du pays inculpée dans plusieurs affaires de corruption, ont obtenu 47 % des suffrages, contre 32 % pour le tandem composé de Mauricio Macri et du dirigeant péroniste Miguel Angel Pichetto.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam au «Soir»: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite