Près d’un employé sur 10 est cyberharcelé sur son lieu de travail

Près d’un employé sur 10 est cyberharcelé sur son lieu de travail
EPA

Selon l’étude menée par l’université de Louvain et Idewe, le service externe pour la prévention et la protection au travail, 9 % des employés sont cyberharcelés sur leur lieu de travail, rapportent les titres Sudpresse mardi.

Plus de 1.000 employés belges ont participé récemment à une étude sur le sujet, et il en ressort que 9 % d’entre eux ont fait l’objet d’une forme de cyberharcèlement au moins deux fois par semaine et à une forme «d’intrusion» dans leur sphère privée, au cours des six derniers mois.

«Avec le nombre d’e-mails et de messages que certains patrons reçoivent, il peut arriver que le travailleur se sente ignoré ou exclu volontairement par son employeur, alors que celui-ci n’avait tout simplement pas vu ou pas eu l’occasion de donner suite à son e-mail ou son message. Mais le résultat pour la victime, qui se sent rejetée, est le même», estime le professeur Lode Godderis de l’université de Leuven.

Harcèlement dans les piscines: Pieter De Crem prêt à prendre des mesures supplémentaires

«On peut aussi constater que certains prennent des photos de leurs collègues et les publient, à leur insu, sur les réseaux sociaux ou sur des messageries, en les agrémentant de commentaires ou en les falsifiant avec PhotoShop, de sorte que la victime est humiliée ou rabaissée», insiste Lode Godderis. «Ce type de harcèlement est en augmentation vu l’importance actuelle des réseaux sociaux», estime le professeur. «Et au final, il s’avère que les victimes se sentent plus souvent épuisées mentalement, sont moins impliquées dans l’entreprise et sont insatisfaites». Une situation qui peut tantôt mener au burn-out, tantôt à la démission ou à la réorientation de carrière.

Un nouveau rapport dénonce le harcèlement des stagiaires en médecine

En 2018, on estimait que quelque 150.000 travailleurs étaient en situation de burn-out, relève le quotidien.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une bande de six olibrius aussi dingues qu’étranges débarquait, au soir du 5 octobre 1969, dans la petite lucarne des chaumières d’outre-Manche.

    Les Monty Python ont cinquante ans

  2. Outre le paiement de factures, le Fonds a également un objectif de prévention, en aidant les ménages précarisés à mieux gérer leur consommation.

    Le Fonds Gaz et Electricité a besoin de 30 millions de plus par an

  3. Les travailleurs étrangers sont peu représentés dans le secteur non-marchand (9,1
%) et représentent onze indépendants sur cent en Belgique.

    En cinq ans, le nombre de travailleurs étrangers a augmenté de 13,6%

  • Dutroux: le TAP n’est pas un guichet de sortie automatique

    Les craintes ravivées d’une libération conditionnelle de Marc Dutroux, même si elles sont infondées, témoignent que le pays demeure, 23 ans après son arrestation, sous la sujétion du psychopathe de Marcinelle qui figure dans les consciences comme l’incarnation du mal.

    La demande de la désignation d’un collège de cinq experts psychiatres que porteront jeudi devant le Tribunal de l’application des peines (TAP) ses deux avocats, n’est qu’une « étape technique » à l’issue incertaine et qui ne...

    Lire la suite