«54 ans, 165 fusillades de masse, 1.196 victimes»: la publication choc du «Washington Post»

«54 ans, 165 fusillades de masse, 1.196 victimes»: la publication choc du «Washington Post»

Le quotidien américain The Washington Post a voulu rendre hommage aux victimes des tueries de masse aux États-Unis depuis 1966. Dans un supplément de douze pages publié ce dimanche, le journal a publié les 1.196 noms des personnes décédées lors des 165 fusillades de masse qui ont eu lieu ces 54 dernières années. Par fusillade de masse, le Post reprend les tueries qui ont fait plus de 4 morts.

The Washington Post s’inquiète de l’accélération du phénomène ces dernières années, en publiant le visage de 423 victimes décédées entre le massacre de Sandy Hook et la fusillade du week-end dernier à Dayton.

La base de données du quotidien américain reprend également les 316 armes qui ont été utilisées lors de ces massacres. 59 d’entre elles ont été obtenues illégalement, l’acquisition de 79 autres reste floue. Le Post rappelle qu’un tireur a été retrouvé avec 24 armes sur lui. Sur les 169 tireurs, 95 sont décédés sur place ou près de la scène de crime, la cause étant souvent le suicide. Ils étaient âgés de 20 à 49 ans.

Sur le même sujet
États-UnisWashington Post
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Avec la politique de rémunération fixée par le gouvernement Di Rupo qui plafonne les revenus des dirigeants d’entreprise publique, il ne sera pas aisé de trouver un remplacant à Koen Van Gerven.

    bpost devra poursuivre sa mue avec un nouveau CEO

  3. HUNGARY-GERMANY-AUSTRIA-PAN-EUROPEAN-PICNIC-IRON-CURTAIN

    Il y a 30 ans, le «Rideau de fer» se levait

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite