Formation fédérale: pour Sophie Wilmès, «le PS est prêt à négocier le confédéralisme avec la N-VA»

Formation fédérale: pour Sophie Wilmès, «le PS est prêt à négocier le confédéralisme avec la N-VA»

Charles Picqué (PS) a lancé un pavé dans la mare vendredi dernier, en assurant que la N-VA devait «envoyer le signal qu’ils sont prêts à payer un prix socio-économique en échange de leur confédéralisme». Preuve que le PS s’engage dans la dynamique du confédéralisme, selon Sophie Wilmès (MR), ministre du Budget, citée dans la Dernière Heure parue ce mardi.

«Charles Picqué dit clairement que le PS est prêt à négocier le confédéralisme avec la N-VA! Si cette position est confirmée par la présidence du PS, le raisonnement consiste donc bien à faire payer la N-VA pour son projet institutionnel», s’exclame Sophie Wilmès dans les colonnes du journal.

Le Bruxellois, Charles Picqué, avait assuré s’exprimer en son nom propre. Ce discours diffère fortement de la version officielle du PS. Reste que, selon les informations de la DH, plusieurs élus socialistes partagent sa vision.

>Une coalition suédoise sur les rails en Flandre: Di Rupo exprime son inquiétude pour le gouvernement fédéral

« Jouer à la belotte »

«Ce grand troc entre le PS et la N-VA est tout simplement inacceptable pour le MR. Nous n’avons pas mis le communautaire au frigo pendant cinq ans sous le gouvernement Michel pour, tout à coup, plonger dans les préludes de la séparation de la Belgique», reprend Sophie Wilmès, dont le nom est évoqué pour succéder à Charles Michel à la tête du MR. «C’est la première fois depuis quarante ans qu’on a réussi à mettre en place un stop institutionnel dans ce pays. Il doit se prolonger pour qu’on se concentre sur les urgences socio-économiques. En Belgique, quand on fait de l’institutionnel, on ne fait que ça. Or, il y a des chantiers cruciaux qui nous attendent! »

Alors que le blocage fédéral reste complet, la possibilité d’un nouveau vote est évoquée avec de plus en plus d’insistance au sein des états-majors des partis. «Je n’imagine pas qu’on retourne aux urnes de sitôt. Ce serait un sérieux aveu d’échec de la classe politique », conclut Sophie Wilmès. «Ce serait comme jouer à la belote et demander au donneur de redistribuer les cartes jusqu’à ce que l’on ait une bonne main (...). »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite