Pour sauver le climat, une université londonienne bannit le bœuf

Pour l’université londonienne, «
le changement climatique est impossible à ignorer.
»
Pour l’université londonienne, « le changement climatique est impossible à ignorer. » - D.R.

Cette interdiction à la vente de tous les produits en contenant entrera en vigueur dans les commerces du campus à la rentrée de septembre, a annoncé cette université du sud-est de la capitale britannique dans un communiqué, l’élevage de bovins étant accusé d’être très consommateur d’eau et source de déforestation.

Affichant l’objectif de devenir neutre en carbone d’ici à 2025, elle va également appliquer une pénalité de 10 pence (environ 10 centimes d’euro) sur les bouteilles en plastique et les tasses non réutilisables.

L’université Goldsmiths s’engage

« L’appel mondial de plus en plus insistant à ce que les organisations prennent au sérieux leurs responsabilités afin de stopper le changement climatique est impossible à ignorer », a expliqué la nouvelle directrice de Goldsmiths, qui a pris ses fonctions en août. « Le personnel et les étudiants (…) sont déterminés à contribuer au changement radical nécessaire pour réduire drastiquement notre empreinte carbone, aussi vite que possible », a-t-elle ajouté.

Un rapport du Giec (groupe d’experts de l’ONU sur le climat), rendu public jeudi, souligne que modifier les habitudes de consommation et de production alimentaires est un des leviers pour agir contre le réchauffement climatique, sans pour autant préconiser de passer à un régime végétarien ou végétalien.

« Distinguer le bœuf britannique et le bœuf produit ailleurs »

Le Syndicat national des agriculteurs (NFU) a dénoncé « une approche trop simpliste » de la part de Goldsmiths et encouragé les organismes privés ou publics, y compris les universités, à soutenir l’agriculture britannique et à s’approvisionner localement. « Le principal problème est le manque (…) de distinction entre le bœuf britannique et le bœuf produit ailleurs », a ajouté son vice-président Stuart Roberts. L’empreinte carbone du bœuf britannique est « 2,5 fois plus faible que la moyenne mondiale », selon lui, grâce à des élevages extensifs.

D’autres universités britanniques ont déjà pris des initiatives visant à réduire la consommation de viande, notamment Cambridge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite