Pour sauver le climat, une université londonienne bannit le bœuf

Pour l’université londonienne, «
le changement climatique est impossible à ignorer.
»
Pour l’université londonienne, « le changement climatique est impossible à ignorer. » - D.R.

Cette interdiction à la vente de tous les produits en contenant entrera en vigueur dans les commerces du campus à la rentrée de septembre, a annoncé cette université du sud-est de la capitale britannique dans un communiqué, l’élevage de bovins étant accusé d’être très consommateur d’eau et source de déforestation.

Affichant l’objectif de devenir neutre en carbone d’ici à 2025, elle va également appliquer une pénalité de 10 pence (environ 10 centimes d’euro) sur les bouteilles en plastique et les tasses non réutilisables.

L’université Goldsmiths s’engage

« L’appel mondial de plus en plus insistant à ce que les organisations prennent au sérieux leurs responsabilités afin de stopper le changement climatique est impossible à ignorer », a expliqué la nouvelle directrice de Goldsmiths, qui a pris ses fonctions en août. « Le personnel et les étudiants (…) sont déterminés à contribuer au changement radical nécessaire pour réduire drastiquement notre empreinte carbone, aussi vite que possible », a-t-elle ajouté.

Un rapport du Giec (groupe d’experts de l’ONU sur le climat), rendu public jeudi, souligne que modifier les habitudes de consommation et de production alimentaires est un des leviers pour agir contre le réchauffement climatique, sans pour autant préconiser de passer à un régime végétarien ou végétalien.

« Distinguer le bœuf britannique et le bœuf produit ailleurs »

Le Syndicat national des agriculteurs (NFU) a dénoncé « une approche trop simpliste » de la part de Goldsmiths et encouragé les organismes privés ou publics, y compris les universités, à soutenir l’agriculture britannique et à s’approvisionner localement. « Le principal problème est le manque (…) de distinction entre le bœuf britannique et le bœuf produit ailleurs », a ajouté son vice-président Stuart Roberts. L’empreinte carbone du bœuf britannique est « 2,5 fois plus faible que la moyenne mondiale », selon lui, grâce à des élevages extensifs.

D’autres universités britanniques ont déjà pris des initiatives visant à réduire la consommation de viande, notamment Cambridge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite