Le ténor espagnol Placido Domingo accusé de harcèlement sexuel par 9 femmes

Le ténor espagnol Placido Domingo accusé de harcèlement sexuel par 9 femmes

Placido Domingo est accusé d’intimidation à caractère sexuel par huit chanteuses et une danseuse, rapporte mardi l’agence américaine AP. Le ténor espagnol aurait menacé de briser leur carrière si elles refusaient ses avances. Les faits présumés s’étalent sur une période de 30 ans qui a débuté dans les années 80. Ils se seraient déroulés dans des lieux où Placido Domingo occupait de hautes fonctions.

Une plaignante a dénoncé une main sous sa robe, trois autres disent avoir été forcées à embrasser le ténor. D’autres encore ont fait part du malaise qu’elles ressentaient en sa présence en raison de son comportement suggestif.

Il ne nie pas les faits

Placido Domingo a réagi. Il dit avoir été persuadé que les contacts dénoncés étaient librement consentis. «Il est douloureux d’entendre que j’ai rendu quelqu’un malheureux ou que je l’ai mis mal à l’aise, même s’il s’agit de faits anciens et que j’ai toujours eu les meilleures intentions.»

Le chanteur constate «que les standards auxquels il est désormais légitime de se conformer ne sont plus les mêmes qu’auparavant» et assure qu’il adoptera désormais une attitude des plus irréprochables.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

  3. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite