France: au moins 14 candidats recalés au Bac ont saisi les tribunaux

France: au moins 14 candidats recalés au Bac ont saisi les tribunaux
Belga

Au moins 14 candidats malheureux au baccalauréat 2019, marqué par de nombreux dysfonctionnements, ont saisi les tribunaux administratifs pour dénoncer une «rupture d’égalité», a indiqué mardi à l’AFP le ministère de l’Éducation.

Sept recours ont été rejetés avant audience et un huitième l’a été début août à Paris à l’issue d’une audience en référé, a précisé un porte-parole du ministère. Les six recours restants doivent être examinés «cette semaine ou la semaine suivante», selon cette source.

L’édition 2019 du bac, l’avant-dernière sous sa forme actuelle, a été perturbée par une grève de la surveillance, des fuites, des coquilles dans les énoncés et surtout une grève de correcteurs, opposés à la réforme du bac et du lycée.

Cette grève a contraint le ministère de l’Éducation à prendre en compte des notes du contrôle continu en cas de copies du bac retenues — afin d’être en mesure de communiquer leurs résultats à tous les élèves en temps et en heure.

Contacté par l’AFP, le Conseil d’Etat a lui fait état de 17 requêtes déposées au 1er août par des candidats recalés, la plupart pour «rupture d’égalité», selon les premières remontées des tribunaux administratifs. La haute juridiction administrative n’était pas en mesure de donner le nombre de recours déposés après l’édition du baccalauréat 2018.

Pour les recours gracieux des candidats auprès des rectorats — qui sont examinés plus rapidement que ceux déposés devant les juridictions administratives -, «aucune remontée n’a été effectuée» car «ils sont tous fermés jusqu’à fin août», affirme-t-on rue de Grenelle.

Du côté de l’association Droit des lycéens, qui gère une plateforme mise en place pour aider les élèves recalés, on affirme avoir reçu «1.300 appels en juillet et autour de 200 depuis début août». «Chaque candidat qui appelle demande un recours devant un tribunal administratif mais nous leur conseillons à chaque fois de plutôt faire un recours gracieux directement devant un rectorat, car c’est moins coûteux et plus rapide», a précisé à l’AFP le président de l’association Noah Lourenço de Gouveia.

Pour cette édition, 90.000 candidats ont été recalés sur 750.000.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite