France: au moins 14 candidats recalés au Bac ont saisi les tribunaux

France: au moins 14 candidats recalés au Bac ont saisi les tribunaux
Belga

Au moins 14 candidats malheureux au baccalauréat 2019, marqué par de nombreux dysfonctionnements, ont saisi les tribunaux administratifs pour dénoncer une «rupture d’égalité», a indiqué mardi à l’AFP le ministère de l’Éducation.

Sept recours ont été rejetés avant audience et un huitième l’a été début août à Paris à l’issue d’une audience en référé, a précisé un porte-parole du ministère. Les six recours restants doivent être examinés «cette semaine ou la semaine suivante», selon cette source.

L’édition 2019 du bac, l’avant-dernière sous sa forme actuelle, a été perturbée par une grève de la surveillance, des fuites, des coquilles dans les énoncés et surtout une grève de correcteurs, opposés à la réforme du bac et du lycée.

Cette grève a contraint le ministère de l’Éducation à prendre en compte des notes du contrôle continu en cas de copies du bac retenues — afin d’être en mesure de communiquer leurs résultats à tous les élèves en temps et en heure.

Contacté par l’AFP, le Conseil d’Etat a lui fait état de 17 requêtes déposées au 1er août par des candidats recalés, la plupart pour «rupture d’égalité», selon les premières remontées des tribunaux administratifs. La haute juridiction administrative n’était pas en mesure de donner le nombre de recours déposés après l’édition du baccalauréat 2018.

Pour les recours gracieux des candidats auprès des rectorats — qui sont examinés plus rapidement que ceux déposés devant les juridictions administratives -, «aucune remontée n’a été effectuée» car «ils sont tous fermés jusqu’à fin août», affirme-t-on rue de Grenelle.

Du côté de l’association Droit des lycéens, qui gère une plateforme mise en place pour aider les élèves recalés, on affirme avoir reçu «1.300 appels en juillet et autour de 200 depuis début août». «Chaque candidat qui appelle demande un recours devant un tribunal administratif mais nous leur conseillons à chaque fois de plutôt faire un recours gracieux directement devant un rectorat, car c’est moins coûteux et plus rapide», a précisé à l’AFP le président de l’association Noah Lourenço de Gouveia.

Pour cette édition, 90.000 candidats ont été recalés sur 750.000.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. Kim en balade, samedi matin, sur la plage du célèbre Burj Al Arab, l’hôtel aux... 7 étoiles. @News

    Tous les regards sur Kim Clijsters à Dubaï

  3. Tristan Moreau et Nathalie Van Tongelen, au coeur du nouveau spectacle, «
Studio 100 part en live
». © Mathieu Golinvaux

    Studio 100 sort de l’écran pour un nouveau show musical

La chronique
  • Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

    Saisissant la perche tendue récemment par David Van Reybrouck, je prends la plume. Le Roi et moi, nous avons un intérêt commun dans le dénouement de la crise politique actuelle. Que serait un Roi sans son royaume ? Que serait une constitutionnaliste sans sa Constitution ? En cas d’éclatement du pays, que deviendront le Roi, sa famille, ses palais et ses yachts ? En tant que constitutionnaliste, que ferai-je de ce know-how constitutionnel local inédit sur BHV, les matières personnalisables et l’autonomie constitutive ? Pas de doute : les constitutionnalistes belges et la famille royale feront le désespoir des bureaux de placement professionnel. De manière à la fois intéressée et désintéressée, je glisse donc au Roi quelques petites recettes.

    Ceci n’est pas une pipe...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: un conseil d’ami, n’essayez plus N-VA et PS

    Mais franchement, qui est surpris ? Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS. Il fallait être Hibernatus ou moine ces derniers mois pour ne pas avoir compris que le PS ne monterait pas dans un gouvernement avec la N-VA. Certains observateurs s’en gaussaient vendredi matin : il n’y avait dans l’interview de Paul Magnette au Soir qu’une confirmation du « jamais avec la N-VA » tant de fois prononcé....

    Lire la suite