France: au moins 14 candidats recalés au Bac ont saisi les tribunaux

France: au moins 14 candidats recalés au Bac ont saisi les tribunaux
Belga

Au moins 14 candidats malheureux au baccalauréat 2019, marqué par de nombreux dysfonctionnements, ont saisi les tribunaux administratifs pour dénoncer une «rupture d’égalité», a indiqué mardi à l’AFP le ministère de l’Éducation.

Sept recours ont été rejetés avant audience et un huitième l’a été début août à Paris à l’issue d’une audience en référé, a précisé un porte-parole du ministère. Les six recours restants doivent être examinés «cette semaine ou la semaine suivante», selon cette source.

L’édition 2019 du bac, l’avant-dernière sous sa forme actuelle, a été perturbée par une grève de la surveillance, des fuites, des coquilles dans les énoncés et surtout une grève de correcteurs, opposés à la réforme du bac et du lycée.

Cette grève a contraint le ministère de l’Éducation à prendre en compte des notes du contrôle continu en cas de copies du bac retenues — afin d’être en mesure de communiquer leurs résultats à tous les élèves en temps et en heure.

Contacté par l’AFP, le Conseil d’Etat a lui fait état de 17 requêtes déposées au 1er août par des candidats recalés, la plupart pour «rupture d’égalité», selon les premières remontées des tribunaux administratifs. La haute juridiction administrative n’était pas en mesure de donner le nombre de recours déposés après l’édition du baccalauréat 2018.

Pour les recours gracieux des candidats auprès des rectorats — qui sont examinés plus rapidement que ceux déposés devant les juridictions administratives -, «aucune remontée n’a été effectuée» car «ils sont tous fermés jusqu’à fin août», affirme-t-on rue de Grenelle.

Du côté de l’association Droit des lycéens, qui gère une plateforme mise en place pour aider les élèves recalés, on affirme avoir reçu «1.300 appels en juillet et autour de 200 depuis début août». «Chaque candidat qui appelle demande un recours devant un tribunal administratif mais nous leur conseillons à chaque fois de plutôt faire un recours gracieux directement devant un rectorat, car c’est moins coûteux et plus rapide», a précisé à l’AFP le président de l’association Noah Lourenço de Gouveia.

Pour cette édition, 90.000 candidats ont été recalés sur 750.000.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Conscients que les petites bonbonnes de protoxyde d’azote attirent certains jeunes, des commerçants n’hésitent pas à les placer de façon bien visible sur leur comptoir.

    Un gaz hilarant qui ne fait pas vraiment rire tout le monde

  2. Le couple présidentiel s’est octroyé une pause de trois semaines à Brégançon.

    Entre PMA et retraites, la rentrée périlleuse de Macron

  3. 10818500-030

    Didier Reynders, commissaire européen? On attend le CD&V...

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite