Bienvenue en Wallonie: Malmedy, la porte de l’Est

Dans cet article
Malmedy est le point de départ idéal pour une promenade dans une des plus belles régions du pays, les Cantons de l’Est (dites «
Ostbelgien
» désormais) et le plateau des Hautes Fagnes.
Malmedy est le point de départ idéal pour une promenade dans une des plus belles régions du pays, les Cantons de l’Est (dites « Ostbelgien » désormais) et le plateau des Hautes Fagnes. - Dominique Duchesnes.

Avec près de 13.000 habitants, Malmedy est une bourgade importante à l’est du pays. Idéalement située, elle est littéralement une porte d’accès au parc naturel des Hautes Fagnes et à l’ensemble de la Communauté germanophone toute proche. On est ici aussi à deux pas du circuit automobile de Spa-Francorchamps qui attire les foules autant que le célébrissime caranaval local, le Cwarmé, à la sortie de l’hiver.

Une promenade en centre-ville, aux alentours de la place Albert Ier ou de la place du Châtelet, suffit à s’en convaincre : à la belle saison, Malmedy draine tous les touristes des environs qui viennent y prendre un verre ou organiser leur ravitaillement. En provenance de Stavelot et de l’autoroute E25, l’imposante succession de grandes surfaces en tous genres démontre aussi la capacité d’attraction de cette cité fondée par saint Remacle au VIIe siècle et qui connut ses heures de gloire industrielle à travers le papier et le cuir.

On ne peut pas dire de Malmedy qu’elle soit en elle-même une ville touristique. Par contre, elle occupe une position stratégique au cœur d’une région qui regorge de trésors naturels et historiques, qu’il s’agisse des Fagnes ou du château de Reinhardstein, par exemple. Pas étonnant dès lors d’y trouver en plus du classique office du tourisme, la Maison du Tourisme des Hautes-Fagnes et des Cantons de l’Est très utile pour s’informer sur les multiples promenades accessibles dans les environs.

A vî Mâm’di

Point de convergence des touristes de passage ou installés dans les nombreux hébergements de la région, Malmedy n’est pas avare en terrasses, bars, restaurants et même hôtels, essentiellement aux environs de la cathédrale et de la place Albert Ier. Le visiteur a le choix, mais le regard porte rapidement vers la façade d’une adresse typique, « A vî Mâm’di » (1), le « Vieux Malmedy » en bon français.

La terrasse est généreuse, mais les amateurs de couleur locale préféreront l’ambiance plus feutrée de la salle intérieure avec ses poutres enchevêtrées et ses photos d’époque qui garnissent les murs d’un établissement typique. La carte propose une cuisine de brasserie généreuse.

Autour de nous, les juilletistes en goguette privilégiaient les casseroles de moules, peu représentatives de l’Ardenne. Nous avons opté pour des croquettes ardennaises où le jambon fumé remplace les crevettes, et pour une truite aux amandes, ce poisson étant manifestement la spécialité de l’endroit. Un régal.

(1) Place Albert Ier, Tel. 080/33.96.36

Le Malmundarium

A Malmedy, l’activité touristique se concentre essentiellement autour de la cathédrale et du Malmundarium (1), musée et centre de documentation ou d’exposition bâti sur le site de l’ancienne abbaye bénédictine. Ces voisins sont les incontournables du centre-ville. Pour ne rien gâcher, les abords de ces témoins du passé sont aménagés avec soin et incitent à faire une pause entre les jolis parterres de fleurs.

On peut s’étonner de découvrir ici une cathédrale Saints-Pierre-Paul-et-Quirin. Mais l’ancienne église abbatiale a bénéficié de cette promotion au début du XXe siècle alors que s’organisait un éphémère diocèse d’Eupen-Malmedy. Juste à côté, le Malmundarium vaut vraiment le détour, notamment pour appréhender le destin souvent chahuté de cette bourgade située aux confins de la Belgique et de l’Allemagne. Des expositions temporaires s’ajoutent aux parcours permanents à la découverte de Malmedy et de sa région.

(1) Place du Châtelet. Tel. : 080/799.668. En été, ouvert chaque jour de 10 à 18 heures.

Par monts et par vaux

Malmedy est le point de départ idéal pour une promenade dans une des plus belles régions du pays, les Cantons de l’Est (dites « Ostbelgien » désormais) et le plateau des Hautes Fagnes. Les amateurs de marche éprouveront d’énormes difficultés à faire un choix dans la foule d’itinéraires qui conduisent en forêt, sur les rives d’un lac ou sur les berges d’une rivière, dans une vallée ou sur un plateau. Le plus grand plaisir étant sans doute d’évoluer sur les caillebotis qui sillonnent les espaces tourbeux des Fagnes.

Pour effectuer un choix sur base d’un paysage, de la longueur ou de la difficulté d’un itinéraire, deux solutions. S’offrir une halte sur la place Albert Ier, au bureau de la Maison du Tourisme des Cantons de l’Est. Un guide pratique et gratuit propose 25 balades de rêve, « au fil de l’eau, en forêt et sur les crêtes ». Une autre option consiste à consulter le site Visorando, qui propose lui aussi de nombreuses randonnées originales. A vos chaussures de marche !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite