Accueil Monde Union européenne

Brexit: Dominic Cummings, architecte du no deal, à la fois Diable et bon Dieu de Johnson

« Pour changer le cours de l’histoire, il faut le chambouler » : tel est le crédo de Dominic Cummings, l’architecte d’une sortie abrupte du Royaume-Uni de l’Union européenne. A la tête de la « War Room » sur le Brexit du 10 Downing Street, le geek souverainiste est un opérateur teigneux et cynique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Pour les pro-européens qui haïssent Cummings, le quadra aux yeux constamment en alerte, au sourire en lame de rasoir, au verbe raide et grossier, c’est un abruti imbu de lui-même, voire pour reprendre l’expression de son ennemi juré, l’ex Premier ministre, David Cameron, « un psychopathe de carrière ».

Pour ses supporters, l’intéressé à l’autorité tranchante et au caractère maussade, est un génie non-conformiste qui refuse de composer avec un microcosme coincé, frileux et tiède. Cet animal politique hors de l’ordinaire est comme cela, et bien sûr plus que cela, impossible à vivre, souvent insupportable mais irremplaçable.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 14 août 2019, 9:08

    Ses techniques manipulatrices m'ont fait penser à celle de Goebbels dans les années '30

  • Posté par WEISSENBERG ANDRE, mardi 13 août 2019, 22:34

    Rien qu'à voir sa tête, on a tout compris ...

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs