Eric Woerth gravit un sommet du Mont-Blanc: la photo paraît bien authentique, selon un alpiniste

Eric Woerth gravit un sommet du Mont-Blanc: la photo paraît bien authentique, selon un alpiniste

L’ancien ministre du Travail ne s’attendait sûrement pas à tant de réactions de la part d’Internet. Lundi 12 août, quelques heures après avoir tweeté une photo de lui gravissant un des sommets du Mont-Blanc, de nombreux internautes ont estimé que cette photo était truquée ou, tout du moins, que l’orientation du cliché avait été modifiée. Les internautes avaient pour « preuve » des « indices », comme la position de la fermeture éclair, des personnes qui se tiendraient debout en arrière-plan ou encore l’agencement de la cordelette verte qui n’avait pas l’air de subir les lois de la gravité.

Le cliché est pourtant réel

Face aux critiques, Eric Woerth a assuré que la photo était bien authentique. Une version corroborée par l’Office de haute montagne (OHM). Ce dernier est situé à proximité du Mont-Blanc, en France. Un alpiniste (et photographe) travaillant pour l’OHM nous confirme que la photo est tout à fait cohérente : « J’ai pratiqué moi-même cette voie ».

Selon la prise de vue de la photo, il peut y avoir un effet d’illusion d’optique. Selon cet alpiniste, cette voie est un vrai couloir de neige. « La prise de vue de cette pente raide de 45 degrés provoque facilement des effets trompeurs sur des clichés, comme la position de la fermeture éclair et de la cordelette verte », affirme-t-il. En ce qui concerne les deux personnes en arrière-plan, l’alpiniste-photographe de l’OHM déclare : « Il faut prendre en compte le fait que ces personnes se situent 200 mètres en dessous de M. Woerth lui-même. Plus vous descendez sur cette voie, plus il est facile de se tenir debout ».

Théories et montages

Après la publication de la photo, les internautes s’en étaient donnés à cœur joie : de nombreuses théories ainsi que des détournements du cliché original avaient fusés sur Twitter.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite