Guerre commerciale: Trump relâche la pression commerciale sur la Chine

Guerre commerciale: Trump relâche la pression commerciale sur la Chine
AFP

Donald Trump a relâché la pression mardi dans la guerre commerciale menée contre Pékin en retardant l’imposition de tarifs punitifs sur une série de produits de grande consommation, un geste aussi adressé au consommateur américain avant les achats de fin d’année.

Cette initiative saluée avec enthousiasme par les marchés et des importateurs apparaît en effet comme un cadeau aux consommateurs américains qui craignaient des hausses de prix autour des fêtes à cause des tarifs douaniers.

« Nous faisons ça pour Noël juste au cas où cela aurait un impact sur le consommateur américain », a reconnu Donald Trump s’empressant de souligner que « pour l’instant » les taxes qu’il a imposées aux importations chinoises n’avaient eu « aucun effet ». « Nous les avons reportés (les tarifs) pour qu’ils n’aient pas d’influence sur les fêtes de fin d’année », a-t-il ajouté.

Un entretien téléphonique « très productif »

Responsables chinois et américains ont eu un entretien téléphonique qualifié par le président américain de « très productif ».

Le gouvernement américain a donc annoncé reporter au 15 décembre l’instauration de tarifs douaniers supplémentaires de 10 % sur les produits électroniques chinois qui était prévue pour le 1er septembre.

Cette décision, qui retarde de deux mois et demi l’imposition par Washington d’une grande partie de 300 milliards de dollars d’importations chinoises, a immédiatement fait rebondir les marchés.

Quelque 250 milliards de dollars de marchandises et matériaux chinois sont déjà taxés par les Américains depuis un an dans le cadre de cette escalade tarifaire visant à forcer Pékin à modifier l’accès à son marché et à réduire son excédent commercial.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

  3. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite