Gouvernement fédéral: «Le SP.A ne participera pas si c’est pour faire de la figuration», prévient Crombez

Le président du SP.A, John Crombez
Le président du SP.A, John Crombez - Pierre-Yves Thienpont

Le SP.A n’exclut pas de participer au prochain gouvernement fédéral à condition que le parti soit nécessaire, a annoncé ce mardi soir le président du parti socialiste flamand, John Crombez sur la VRT.

Formation fédérale: pour Sophie Wilmès, «le PS est prêt à négocier le confédéralisme avec la N-VA»

Pour le socialiste flamand, impossible pour le SP.A de gouverner au niveau fédéral si le parti est considéré comme « superflu et inutile. » « Nous sommes prêts à discuter, mais seulement si nous sommes nécessaires pour former un gouvernement. » Le président souligne qu’il y a peu de coalitions possibles au niveau fédéral mais que « ces options doivent être prises au sérieux. »

L’homme fort du parti socialiste flamand juge par ailleurs logique que le président du PS, Elio Di Rupo, ait annoncé hier qu’il ne souhaitait pas former un gouvernement fédéral, à l’image de la coalition en Flandre (la N-VA, l’Open VLD et le CD&V). « S’imaginer que le PS pourrait faire l’appoint et dépanner les anciens partenaires de la coalition suédoise pour former un gouvernement fédéral relève de l’illusion », avait tweeté le président socialiste.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Conscients que les petites bonbonnes de protoxyde d’azote attirent certains jeunes, des commerçants n’hésitent pas à les placer de façon bien visible sur leur comptoir.

    Un gaz hilarant qui ne fait pas vraiment rire tout le monde

  2. csm_110715_Biofuel_41_9f63e7aa19

    Les vols «verts», version Lufthansa

  3. Sur les fronts de Sambre et de Lorraine, le commandement français s’attendait à des offensives allemandes limitées...

    Le 22 août 1914, la guerre fauchait 27.000 hommes en une journée

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite