Ligue des champions: l’Ajax en barrages malgré quelques frayeurs, Porto et le Celtic éliminés

©Photonews
©Photonews

L’Ajax, demi-finaliste de la dernière édition, est parvenu à franchir le troisième tour préliminaire de Ligue des champions mardi en battant les Grecs du PAOK Salonique 3-2 après le partage 2-2 du match aller.

Les Néerlandais se sont fait quelques frayeurs devant leur public. Ils ont en effet été menés au score après 23 minutes avant que Dusan Tadic ne manque un penalty (32e). Le buteur serbe s’est racheté onze minutes plus tard en égalisant, transformant cette fois-ci son essai des onze mètres (43e). Il a ensuite fallu attendre la 79e minute pour que Nicolas Tagliafico ne permette aux Lanciers de prendre l’avantage. Dusan Tadic, à nouveau sur penalty, a creusé l’écart (85e) avant que Bieseswar, également auteur du premier but, ne fixe le score à 3-2 (90e+4). En barrages, l’Ajax sera opposé aux Chypriotes de l’APOEL Nicosie, vainqueurs 0-2 contre les Azerbaïdjanais de Qarabag après la défaite 1-2 de l’aller.

Krasnodar se joue de Porto

La grande surprise de la soirée arrive du Portugal avec l’élimination du FC Porto, quart-de-finaliste la saison dernière. Les Dragons avaient battu Krasnodar 0-1 à l’aller mais se sont effondrés en première période ce mardi pour finalement s’incliner 2-3. À la pause, les Russes menaient déjà 0-3 grâce aux buts de Tonny Vilhena (3e) et Magomed Suleymanov (13e et 34e). La deuxième période ’couteau entre les dents’ des Portugais a permis de marquer deux buts par Ze Luis (57e et Luis Diaz (76e) mais pas d’arracher un ticket pour les barrages.

Au prochain tour, Krasnodar défiera l’Olympiakos qui a battu les Turcs de Basaksehir 2-0 et confirmé son succès 0-1 à l’aller.

Le Celtic de Boli Bolingoli-Mbombo s’est quant à lui fait éliminer par les Roumains de Cluj. La défaite spectaculaire 3-4 au Celtic Park coûte la qualification aux Écossais après le 1-1 de l’aller. Bolingoli-Mbombo est resté sur le banc.

Rosenborg a écarté Maribor grâce à un double 3-1 et affrontera le Dinamo Zagreb, vainqueur 0-4 facilement contre Ferencvaros après le partage 1-1 de l’aller.

Enfin, une seule rencontre s’est terminée aux tirs au but. L’Étoile rouge de Belgrade et Copenhague ont partagé 1-1 comme à l’aller au bout des 90 premières minutes. Les Serbes ont finalement émergé lors d’une séance fatidique marquée par neuf erreurs et affronteront les Young Boys de Berne en barrages.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Conscients que les petites bonbonnes de protoxyde d’azote attirent certains jeunes, des commerçants n’hésitent pas à les placer de façon bien visible sur leur comptoir.

    Un gaz hilarant qui ne fait pas vraiment rire tout le monde

  2. Le couple présidentiel s’est octroyé une pause de trois semaines à Brégançon.

    Entre PMA et retraites, la rentrée périlleuse de Macron

  3. 10818500-030

    Didier Reynders, commissaire européen? On attend le CD&V...

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite