Placido Domingo accusé d’harcèlement sexuel: «Des allégations profondément troublantes», réagit-il

Placido Domingo accusé d’harcèlement sexuel: «Des allégations profondément troublantes», réagit-il
EPA

Placido Domingo à son tour rattrapé par le mouvement #MeToo : le célébrissime chanteur d’opéra a dû se défendre mardi d’une série d’accusations de harcèlement sexuel, poussant l’opéra de Los Angeles à annoncer une enquête et l’orchestre de Philadelphie à annuler une représentation.

Le ténor espagnol Placido Domingo accusé de harcèlement sexuel par 9 femmes

Dans une enquête publiée mardi par l’agence Associated Press, neuf femmes – huit chanteuses et une danseuse, une seule ayant bien voulu que son nom soit publié, les autres restant anonymes – affirment avoir été sexuellement harcelées par le légendaire chanteur d’origine espagnole, considéré comme la plus grande star vivante du lyrique.

« Les allégations de ces individus anonymes qui remontent parfois à 30 ans sont profondément troublantes et, telles que présentées, inexactes », a réagi Placido Domingo, 78 ans, qui est notamment directeur général de l’opéra de Los Angeles, dans un communiqué transmis par son agente.

« Il est cependant douloureux d’entendre que j’aie pu troubler quiconque ou les mettre mal à l’aise – même si c’était il y a très longtemps et en dépit de mes intentions », a poursuivi le chanteur d’origine espagnole, marié de longue date.

« Les normes les plus élevées »

« Je croyais que toutes mes interactions et relations étaient toujours bienvenues et consenties. Les gens qui me connaissent ou qui ont travaillé avec moi savent que je ne suis pas quelqu’un qui intentionnellement heurterait, offenserait ou placerait quelqu’un dans l’embarras ».

Le ténor devenu baryton, qui a enregistré plus de 100 albums et s’est produit plus de 4.000 fois, a aussi fait valoir que « les règles et les normes auxquelles nous sommes – et devons être – tenus aujourd’hui sont très différentes de ce qu’elles étaient par le passé. J’ai le privilège d’avoir eu plus de 50 ans de carrière à l’opéra et respecterai les normes les plus élevées ».

Les réactions ne se sont pas fait attendre, dans un pays où le mouvement #MeToo a déjà fait tomber de nombreux hommes de pouvoir, y compris le puissant directeur musical du Metropolitan Opera, James Levine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite