L’interminable séance de tirs au but entre l’Etoile rouge de Belgrade et Copenhague: 22 tirs dont 9 tentatives manquées (vidéo)

©EPA
©EPA

Les matches retour du 3e tour préliminaire de la Ligue des champions se jouaient un peu partout Europe ce mardi soir. Si les Brugeois sont parvenus à se qualifier pour les barrages au bout du temps réglementaire face au Dynamo Kiev, c’est bien loin d’être le cas de l’Étoile Rouge de Belgrade qui a dû passer par une séance de tirs au but complètement folle pour décrocher son ticket face au FC Copenhague.

Pour départager les Serbes et les Danois (1-1 à l’aller, 1-1 après prolongation au retour), pas moins de onze tireurs de part et d’autre ont dû se présenter au point de penalty au Parken Stadium ! Les équipes ayant été réduites à dix au cours de la rencontre, les gardiens ont tiré en 10e position et ont d’ailleurs chacun fait trembler les filets. Sur les 22 tentatives, neuf ont manqué leur cible. Le point de penalty a fortement souffert, l’arbitre ne parvenant même plus à le pointer distinctement après la vingtaine de tirs.

C’est finalement le gardien Milan Borjan qui a envoyé l’Étoile rouge en barrages en stoppant le tir de Jonas Older Wind. Score final de cette folle séance : 6-7 pour les Serbes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Conscients que les petites bonbonnes de protoxyde d’azote attirent certains jeunes, des commerçants n’hésitent pas à les placer de façon bien visible sur leur comptoir.

    Un gaz hilarant qui ne fait pas vraiment rire tout le monde

  2. Le couple présidentiel s’est octroyé une pause de trois semaines à Brégançon.

    Entre PMA et retraites, la rentrée périlleuse de Macron

  3. 10818500-030

    Didier Reynders, commissaire européen? On attend le CD&V...

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite